Accueil Société

Hôpitaux: le week-end de tous les dangers

Alors que l’on reconfine partiellement, les hôpitaux scrutent le ballet des ambulances. Les chiffres gonflent, plus que jamais… Le spectre du dépassement de la première vague est là.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

En fait, on ne sait plus quel ton employer pour le dire : oui la situation est grave, oui il faut que chacun en prenne conscience ». Stéphan Mercier, administrateur délégué du groupe Jolimont dans le Hainaut est préoccupé, très préoccupé… Ce samedi après-midi, il témoigne : ça a chauffé ces 24 dernières heures, nous avons hospitalisé 19 % de patients en plus. Nous avons désormais dépassé les 200 hospitalisations Covid pour l’ensemble du groupe ». C’est beaucoup ? C’est, à une vingtaine d’unités près, le chiffre atteint au plus fort de la première vague. « Et quoi qu’il en soit, trois sites hospitaliers sur les cinq ont déjà dépassé ce pivot (Jolimont, Lobbe, Nivelles) ! De son côté, Mons a cette fois, démarré plus tard, mais les chiffres en forte progression désormais ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Esser Olivier, dimanche 25 octobre 2020, 21:28

    On a eu 6 mois pour réorganiser les hôpitaux. On n'a strictement rien fait; on n'a même pas essayé. Certes les "experts du pire" avait prévu la seconde vague. Qu'on-t-il fait pour nous en protéger? Vous les avez entendu réclamer des capacités hospitalières supplémentaires pour y faire face? Non, ils affirmaient qu'avec leurs mesures pointilleuses et ridicules, on allait l'éviter. Quand je vois maintenant que certains estiment qu'ils ont eu raison. La Suède traitera tous les patients, ses hôpitaux ne seront pas débordés et leurs enfants auront la scolarité auquel ils ont droit.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 25 octobre 2020, 18:46

    Ayant habituellement plutôt confiance dans la nature humaine, je commence à penser que certains commentaires relèvent de la psychiatrie plus que de l'imbécilité ou du simple entêtement. Je n'ai même plus envie d'argumenter. Les faits sont là, les cas augmentent, ce qui n'est pas un trop gros problème pour ceux qui guériront mais est dramatique pour ceux qui risquent de ne pas avoir de place à l'hôpital et/ou en soins intensifs et pour ceux qui mourront ou garderont des séquelles. Cela ne fait plaisir à personne, peut provoquer la colère et susciter le besoin de se défouler. Alors, défoulez-vous, critiquez tous azimuts, donnez votre avis éclairé (!) mais faites ce qu'on vous demande, ce qu'on vous supplie de faire !

  • Posté par Staquet Jean-marie, dimanche 25 octobre 2020, 19:05

    Et qu’est-ce qui vous pousse à croire qu’on ne le fait pas? L’impression d’être la seule à faire ce qu’il faut?

  • Posté par RC Peeters, dimanche 25 octobre 2020, 11:02

    Cela fait déjà des années que les hôpitaux sont saturés : https://www.youtube.com/watch?v=H0uCrBF-7Bs&fbclid

  • Posté par Staquet Jean-marie, dimanche 25 octobre 2020, 17:17

    On n'a jamais arrêté le programme opératoire... car il n'y avait pas de pandémie. Les marges disponibles n'étaient pas suffisantes pour faire face à ce genre de surplus. Je ne vois pas où est l'injure envers les soignants quand on dit ça. Il n'y a même pas une once de reproche. On a vécu et fonctionné comme ça... comme une armée de temps de paix qui travaille bien mais n'est pas dimensionnée pour le cas où il faut réellement faire la guerre contre un ennemi qui attaque en plus des exercices et des opérations expéditionnaires courantes. J'ai bien l'impression que l'affirmation est d'ailleurs valable également pour l'armée belge et ce n'est toujours pas une insulte envers les militaires. Je pense d'ailleurs que beaucoup de militaires n'auront pas trop de mal à agréer... La question est : avec un tel niveau d'imposition, le Belge ne pouvait-il pas espérer mieux? Les militaires et les soignants sont également contribuables et peuvent tout autant se poser la question de savoir où partent toutes ces sommes astronomique qui devraient logiquement assurer au Belge d'avoir l'esprit plus tranquille face aux imprévus... (je vous ai répondu dans l'autre fil sur les masques avec vos espoirs sur l'HCP, dont acte).

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs