Accueil Belgique Politique

Les coulisses des mesures contre le coronavirus: le fédéral voulait prendre des mesures plus fortes

Le ministre-président flamand, Jan Jambon, ne voulait pas d’un durcissement des mesures.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis trois jours, les Belges ont droit à une succession d’annonces de mesures « anti-covid ». Et il faut s’accrocher pour suivre tellement l’enchaînement est rapide. Une séquence qui démarre en réalité jeudi soir. Ce jour-là, le Premier ministre Alexander De Croo décide de convoquer en urgence un Comité de concertation, l’organe où négocient les partenaires des régions et communautés. Cette réunion démarrera à 20 heures, et se terminera au finish, dans la nuit. Le lendemain matin, le Premier fait face à la presse pour annoncer une série de mesures, rapidement recalées par les fédérations hospitalières. « Trop mou ».

Ces mesures, il n’en reste plus grand-chose. La Wallonie vendredi, Bruxelles samedi, puis la Communauté française ce dimanche ont déjà remis un sévère tour de vis. Mais il est intéressant de jeter un œil au contexte qui a mené à cette première vague de mesure(tte)s.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Platteau Olivier, lundi 26 octobre 2020, 18:42

    Il faudrait punir plus sévèrement les contrevenants, les attacher, les enfermer, ...

  • Posté par Vincent Kersten, lundi 26 octobre 2020, 18:40

    J'imagine parfois un site bien lugubre avec les photos d'une série de bien tristes personnages, affublé du compteur, en temps réel, des victimes de leurs attitudes... Sans doute, à celà, seraient-ils un peu sensibles, avant de , sciemment, tuer tant de gens ?

  • Posté par Termam Alexis, lundi 26 octobre 2020, 17:50

    Et oui, la Flandre a son Trump aussi ....

  • Posté par Jules Vandeweyer, lundi 26 octobre 2020, 16:48

    Il est évident que la NVA fait tout pour se mettre en avant, jusqu'à refuser des décisions fédérales qu'elle prend une semaine après en se gaussant d'être au top. C'est son core-business: déforcer De Croo au fédéral où elle n'est pas, organiser la désunion et le brol. Pauvre Flandre ( qui a les ministres qu'elle mérite: Jambon, ex ministre de l'Intérieur lors des affaires Mawda et Chovanec). Elle n'a pas à parader, la Flandre dirigée par la NVA et bientôt le VB (J'ai failli tomber à la renverse en lisant que la ministre fédérale écolo, Petra Desutter admirait Dries Vanlangenhove). Les Flamands resteront-ils aveuglés et sourds d'ici 2024? Pas sûr... les gens commencent à se rendre compte de la réalité.

  • Posté par elias jacques, lundi 26 octobre 2020, 17:58

    La première réalité dont devrait se rendre compte le peuple flamand est l'histoire de la Belgique qui est fondamentalement différente de ce qu'on veut bien bassiner aux jeunes flamands. Ceux qui sont de la génération des papys actuellement comprendront ce que je veux dire. Zaventem, Anvers, Zeebrugge et autres ne se sont pas construits tout seuls. Maintenant on crache un peu vite dans la soupe !

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs