Accueil Économie

L’acier britannique délaissé par l’indien Tata

Le sidérurgiste indien Tata Steel entend se défaire de ses installations britanniques. Plus de 15.000 personnes sont menacées, dont un tiers au Pays de Galles. Victimes des énormes surcapacités chinoises.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Les heures sombres que traversent actuellement des milliers de familles britanniques raviveront de douloureux souvenirs en Wallonie. Comme à Liège et à Charleroi, c’est en effet le spectre d’une fermeture des hauts-fourneaux qui se profile avec l’annonce, par le groupe indien Tata, de son intention de se séparer de sa filiale sidérurgique, Tata Steel UK, sur laquelle il avait fait main basse en 2006.

Avec cette décision, ce sont quelque 15.000 emplois directs qui sont potentiellement menacés de disparition dans le pays, dont un gros tiers sur le site géant de Port Talbot au Pays de Galles. «  Perdre cette usine serait un coup dévastateur pour l’ensemble de l’industrie de l’acier et pour l’économie galloise. Nous vivons toujours avec les conséquences de la perte de l’industrie du charbon dans les années 80  », déplore Leanne Wood, la patronne du parti nationaliste gallois Plaid Cymru.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs