Le FC Barcelone a accepté de participer à une future Superligue européenne

Photonews
Photonews

Le comité de direction du FC Barcelone a accepté que le club participe à une future Superligue européenne, a annoncé mardi le président démissionnaire Josep Maria Bartomeu, confirmant officiellement pour la première fois l’existence de ce projet censé favoriser les plus grands clubs européens.

« Le comité de direction a approuvé hier (lundi) l’acceptation des prérequis pour participer à une future Superligue européenne entre clubs de football », a déclaré le président Josep Maria Bartomeu quelques minutes après avoir annoncé sa démission, mardi soir en conférence de presse.

« Un détail de ces prérequis sera à disposition du prochain comité de direction, et la décision de participer à cette compétition devra être ratifiée par l’assemblée des représentants des socios » (supporters-actionnaires), a précisé Bartomeu.

Cette annonce surprise constitue la première confirmation autour de ce serpent de mer du football européen, source de spéculations régulières dont les dernières en date ont été diffusées par des médias britanniques la semaine dernière.

Sky Sport a révélé le 20 octobre que des négociations en vue de la création de cette nouvelle compétition, qui serait directement rivale des compétitions européennes déjà existantes comme la Ligue des champions et la Ligue Europa organisées sous l’égide de l’UEFA, seraient sur le point d’aboutir.

« Projets souterrains »

Cette « super ligue » est censée rassembler les 18 meilleures équipes des principaux championnats européens, avec des play-offs en fin de saison, un peu à la manière du « Final 8 » de la Ligue des champions disputé en août à Lisbonne.

Ce projet risque néanmoins de se heurter à l’UEFA, garante d’un système plus méritocratique où les clubs doivent se qualifier pour les compétitions européennes via leur propre championnat national, ainsi qu’aux supporters attachés à la tradition ou défenseurs de clubs de moyenne et petite envergure qui risquent d’être exclus de l’élite continentale.

En août, le président de l’UEFA Aleksander Ceferin avait balayé cette idée de « superligue » dans un entretien à l’AFP : « Toute Superligue de 10, 12, 24 clubs deviendra ennuyeuse. Quand vous entendez l’hymne de la Ligue des champions, vous savez de quoi il s’agit… Je ne vois pas comment cela peut être un succès, même s’ils essayaient de le faire », avait-il alors déclaré.

Même position du côté du président de LaLiga espagnole, Javier Tebas, qui a confié dans un entretien à l’AFP mercredi que « ces projets souterrains semblent bons uniquement quand on les envisage à 5h00 du matin après une nuit passée au bar ».

L’Europe du football s’est régulièrement déchirée ces derniers mois autour de la réforme des Coupes d’Europe de l’UEFA dont le contrat actuel de droits télévisés arrive à terme en 2024, certains clubs huppés poussant pour l’instauration d’une ligue semi-fermée critiquée par de nombreux autres clubs et par les championnats nationaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Sans Ramos, la défense madrilène est plus fébrile.

    Par Philippe Gerday

    Espagne

    Ramos tracasse encore plus le Real Madrid que Hazard

  • Le joueur a paraphé un contrat de cinq ans avec Lille en juillet 2019.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Excel Mouscron: Agouzoul est resté un an sans jouer

  • PHOTONEWS_10898472-056(1)

    Par Didier Schyns

    Standard

    Le Standard doit se relancer

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous