Le gourou américain Keith Raniere condamné à 120 ans de prison

Keith Raniere
Keith Raniere - Jane Rosenberg. Reuters

Le gourou américain Keith Raniere a été condamné mardi par un juge fédéral de Brooklyn à 120 ans de prison, équivalents à la perpétuité, pour divers crimes liés à sa secte, Nxivm, qui lui a permis d’entretenir un réseau d’esclaves sexuelles.

C’est la fin du parcours de cet homme de 60 ans, au pouvoir de persuasion hors du commun, toujours révéré par des dizaines de personnes, malgré les révélations le concernant.

En juin 2019, à l’issue d’un procès de six semaines devant le tribunal fédéral de Brooklyn, il avait été reconnu coupable des sept chefs d’inculpation retenus contre lui – dont exploitation sexuelle d’une adolescente de 15 ans, extorsion et association de malfaiteurs.

Keith Raniere avait monté, en 1998, une organisation basée à Albany dans l’État de New York, baptisée Nxivm (prononcer nexium), qui dispensait des formations de développement personnel, à des prix exorbitants.

« Fier de l’œuvre de sa vie »

Dès le début, ce personnage charismatique avait entretenu un cercle de 15 à 20 femmes sous influence, avec lesquelles il avait des relations sexuelles à son gré. L’une d’entre elles était âgée de 15 ans seulement.

Dans une lettre préalable au prononcé de sa peine, Keith Raniere clamait son innocence et se disait « fier de l’œuvre de sa vie ». Il avait refusé d’exprimer des regrets et affirmé n’avoir « jamais fait intentionnellement du mal à quiconque ».

Il avait affirmé que toutes les relations sexuelles avec des membres de la secte étaient consenties.

Le procureur fédéral de Brooklyn avait demandé la prison à perpétuité, affirmant qu’au-delà de la gravité des faits, il « ne (montrait) aucune empathie pour ses victimes », et « continuerait à commettre des crimes s’il était libéré ».

La défense de Keith Raniere avait, elle, suggéré une peine de 15 années d’emprisonnement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous