Emmanuel André: «La première vague n’était que les prémices de ce qui est en train de se passer»

Emmanuel André: «La première vague n’était que les prémices de ce qui est en train de se passer»
Le Soir

La première vague n’était que les prémices de ce qui est en train de se passer », met en garde le microbiologiste Emmanuel André ce mercredi matin, alors que la Belgique a passé le cap des 11.000 décès dus au coronavirus.

« L’épidémie continue son passage en force à travers tous les efforts déjà consentis. Nous devons être plus forts qu’elle. Il n’y a pas d’alternative », encourage-t-il.

Après l’annonce du gouvernement flamand de nouvelles mesures, le Premier ministre Alexander De Croo a indiqué mardi soir vouloir inviter dès mercredi les différents ministres-présidents du pays pour « une consultation ».

« Nos citoyens et entreprises ont tout intérêt à ce que les règles soient claires et sans équivoque pour l’ensemble du pays », a-t-il commenté sur Twitter.

Cent quatre nouveaux décès attribués au coronavirus ont été enregistrés le lundi 26 octobre, en pleine deuxième vague de la pandémie. La dernière fois que la barre des 100 morts a été dépassée remonte à fin avril, ressort-il mercredi matin du tableau de bord de l’Institut de santé publique Sciensano. On avait enregistré 107 décès le 29 avril. Les admissions à l’hôpital atteignent une moyenne quotidienne de 547 soit une hausse de 85 %.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous