Nicolas Gavory sait que le Standard a beaucoup à gagner à Benfica: «On ressent une pression positive»

@Belga
@Belga

Un déplacement à Benfica en Europa League n’est évidemment pas idéal pour permettre au Standard de gommer deux rencontres, deux défaites, qui ont touché le groupe dans sa fierté, dans son orgueil. C’est en plus avec un groupe affaibli par les absences, celles imposées par le coronavirus, que le club liégeois s’en va défier un club qui surfe sur la vague du succès. Mais pour Nicolas Gavory, le club liégeois n’a finalement rien à perdre à Lisbonne ce jeudi soir. « C’est vrai qu’on n’a pas montré la meilleure image du Standard sur ces deux derniers matches. On a vraiment à cœur de réagir, de rectifier le tir même si on sait que ce sera très compliqué. Benfica est une grosse équipe, c’est certainement le favori de ce groupe. Mais il y aura des coups à jouer, et on va les jouer à fond. » Il y en aura certainement peu, mais si le Standard parvient à retrouver une efficacité offensive, alors il pourra espérer quelque chose.

Le passé récent a montré que le Standard pouvait trouver ses limites dans ces grands rendez-vous européens. Ce fut le cas à Séville il y a deux ans, ou encore l’an passé face à Arsenal. « On sait que sur ce genre de match, tout peut aller très vite », reconnaît le latéral français, qui espère tout de même puiser de l’expérience positive dans ces défaites passées. « Il faudra être très attentif, chaque détail va compter. Il faudra être très concentré, faire preuve de détermination et de rigueur. Sinon, on sait qu’on risque de se faire avoir. »

Dans un Estadio de la Luz pratiquement vide (4.800 personnes), le Standard pourra peut-être profiter d’un contexte favorable, plus froid qu’à l’accoutumée, pour tenter de ramener quelque chose de son voyage aux bords de l’Atlantique. La pression, elle sera sur les épaules des Lusitaniens. « Il y a toujours de la pression dans un match. Ici, c’est une pression positive. Après, c’est pour ce genre de match qu’on joue au football, qu’on vibre, qu’on travaille au quotidien. C’est toujours quelque chose de spécial. » Tant que cela ne vire pas au cauchemar, ce match devrait effectivement rester dans la mémoire des joueurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous