Le Premier ministre français après l’attaque au couteau de Nice: «La réponse sera implacable»

Le Premier ministre français après l’attaque au couteau de Nice: «La réponse sera implacable»
AFP

Trois personnes ont été tuées, dont au moins une égorgée, et plusieurs blessées jeudi matin à Nice lors d’une attaque au couteau dont l’auteur a été interpellé par la police, selon un bilan de source policière. Les faits se sont déroulés vers 9h.

Deux personnes, un homme et une femme, ont été tuées dans l’église Notre-Dame et une troisième, sérieusement blessée, est décédée dans un bar proche où elle s’était réfugiée, a précisé à l’AFP la même source. L’agresseur a crié « Allah Akbar », selon une source proche de l’enquête. L’agresseur, qui a été blessé par balle lors de son interpellation, a dit s’appeler « Brahim » et être âgé de « 25 ans », a-t-on ajouté de même source.

Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête pour « assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Elle a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Pour le maire de Nice Christian Estrosi « tout laisse supposer à un attentat terroriste. » « L’émotion est très forte », a-t-il témoigné au micro de BFMTV, dénonçant « un acte abominable. »

Dans un discours à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Jean Castex a tenu à rendre hommage aux forces de l’ordre. « La réponse sera ferme, implacable et immédiate », a-t-il promis. Le plan vigipirate est porté au niveau « urgence attentat » sur l’ensemble du territoire national, a également annoncé le chef du gouvernement, précisant qu’un conseil de défense aurait lieu vendredi matin.

Emmanuel Macron est arrivé à Nice. Il a échangé avec les soignants et les policiers.

« Toute l’Europe est avec vous »

Alors que les tensions sont très vives entre Paris et Ankara, la Turquie a condamné « fermement » l’attaque « sauvage » de Nice.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a appelé jeudi les Européens à « s’unir contre la violence et ceux qui cherchent à inciter et à répandre la haine. » « Je suis profondément choqué et attristé par la nouvelle de l’horrible attentat de Nice. Cette douleur est ressentie par nous tous en Europe », a déclaré l’Italien sur Twitter.

« Toute ma solidarité avec la France et les Français, a tweeté de son côté Charles Michel. Mes pensées vont aux victimes de l’attaque abominable de Nice et à leurs proches. Toute l’Europe est avec vous. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous