Accueil Société

Frank Vandenbroucke: «C’est inévitable, on va durcir les mesures»

Le ministre de la Santé publique appelle à limiter les déplacements, à la veille des vacances de Toussaint.

Temps de lecture: 3 min

Frank Vandenbroucke était l’invité de Jeudi en Prime sur la RTBF. Il est revenu sur ses larmes hier, après la visite du CHR de Liège. Il a insisté sur le stress qui pèse pour le personnel soignant. « C’est complètement hors de la routine normale, et le personnel a le sentiment de ne pas pouvoir rendre le service qu’il faut rendre. J’ai trouvé cela choquant, douloureux. On se dit qu’on aurait pu éviter ça. C’est dans nos mains. Il faut avoir un respect énorme pour le personnel soignant. »

Alors que les hôpitaux multiplient les appels à l’aide, le Ministre de la Santé publique ne veut pas spéculer sur les décisions à prendre demain. « C’est inévitable que l’on va durcir les mesures. Il faut réfléchir aussi à la longueur de ces mesures dans le temps. Une chose est certaine : quatre semaines ne suffiront pas, même huit je ne le dirais pas. »

« Il y a deux débats : durcir les mesures, garantir qu’elles soient réalisées, et réfléchir au plus long terme aussi. On veut pouvoir continuer à envoyer les enfants dans les écoles, mais il y a évidemment une tension avec l’objectif de ralentir l’épidémie. » Le ministre ne souhaite pas non plus opposer économie et santé publique, « si l’on veut sauver l’économie il faut d’abords sauver la santé publique. »

Au sujet de la cacophonie des mesures prises ces derniers jours par différents les niveaux de pouvoir, il appelle à « un message simple et clair, une unité d’action ».

Le ministre de la Santé publique demande également aux citoyens limiter leurs déplacements, à la veille des vacances de Toussaint. « Utilisons les vacances de Toussaint pour faire une campagne contre le virus, et donc limitez vos contacts » a-t-il conclu.

Un comité de concertation vendredi

Un nouveau comité de concertation aura lieu vendredi après-midi, à 13h plus précisément. Il y sera question de l’évaluation de la fermeture de l’horeca, avec deux semaines de recul. Il n’est pas exclu qu’on aille un pas plus loin dans le reconfinement, pour s’approcher de plus en plus du lockdown de la première vague de mars-avril dernier, en préservant toutefois l’école au maximum.

« Si nous voulons sortir de la zone à risque, cela demandera un effort de longue haleine », a déclaré jeudi Alexander De Croo à la Chambre, à la veille d’un nouveau comité de concertation durant lequel de nouvelles mesures visant à lutter contre la propagation du coronavirus pourraient être prises. Le Premier ministre, qui a appelé à la solidarité, n’a cependant pas précisé quel type de décisions pourraient être prises vendredi après-midi.

« Nous nous trouvons dans un confinement partiel à l’heure actuelle », a rappelé M. De Croo, en référence à son discours prononcé mercredi soir. « Plus vite les mesures entrent en vigueur, plus vite on peut protéger les gens », a-t-il ajouté. « Les gouvernements luttent côte à côte et c’est dans cette solidarité que nous devons combattre ce virus. Cette unité est absolument cruciale », a-t-il également soutenu.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Crl roberto, vendredi 30 octobre 2020, 5:29

    Que Mr van den machin rende visite à n'importe quel corps de métier , et il entendra le même sont de cloche, on est de débordé! Qu'il vienne dans mon secteur ! On est à bout de souffle ! Risible

  • Posté par M. G., jeudi 29 octobre 2020, 21:04

    pour moi, vacances de Toussaint, c'est aller au boulot, alors limiter les contacts, ca va être compliqué ...

  • Posté par Staquet Jean-marie, jeudi 29 octobre 2020, 20:58

    À l’instar de ceux qui veulent priver de soins les « jeunes complotistes », j’exige que toute personne ayant réclamé un confinement et subissant un accident avec blessure résultant d’une activité non essentielle (dont évidemment un départ en vacances en dehors de sa commune de résidence) soit privée de soins... il est en effet intolérable d’encombrer les hôpitaux.

  • Posté par Christian Radoux, vendredi 30 octobre 2020, 9:56

    Et personne n'a jamais parlé de "jeunes complotistes". Cette écholalie fantasmée est aussi grotesque que fatigante. Il a été question 1. De jeunes imbéciles inciviques, et ceux-là sont dangereux (exemple : fiesta dans un hôtel bruxellois loué à cet effet). 2. De complotistes, et ceux-là sont simplement ridicules (exemples : le cartel presse-politique, le complot mondial de la 5G, les journalistes du Soir actionnaires de BigPharma, le crapuleux attentat de Nice qui ne serait qu'une manœuvre de diversion, etc.). ***Tout ce que je cite est vérifiable : parola volant, scripta manent***

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 29 octobre 2020, 23:53

    Il y 1 une grosse différence entre les deux cas : si je me casse la g... en skiant par exemple, je ne tue pas beaucoup d'autres personnes. La comparaison ne tient pas.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko