Frank Vandenbroucke: «C’est inévitable, on va durcir les mesures»

Frank Vandenbroucke: «C’est inévitable, on va durcir les mesures»
Belga

Frank Vandenbroucke était l’invité de Jeudi en Prime sur la RTBF. Il est revenu sur ses larmes hier, après la visite du CHR de Liège. Il a insisté sur le stress qui pèse pour le personnel soignant. « C’est complètement hors de la routine normale, et le personnel a le sentiment de ne pas pouvoir rendre le service qu’il faut rendre. J’ai trouvé cela choquant, douloureux. On se dit qu’on aurait pu éviter ça. C’est dans nos mains. Il faut avoir un respect énorme pour le personnel soignant. »

Alors que les hôpitaux multiplient les appels à l’aide, le Ministre de la Santé publique ne veut pas spéculer sur les décisions à prendre demain. « C’est inévitable que l’on va durcir les mesures. Il faut réfléchir aussi à la longueur de ces mesures dans le temps. Une chose est certaine : quatre semaines ne suffiront pas, même huit je ne le dirais pas. »

« Il y a deux débats : durcir les mesures, garantir qu’elles soient réalisées, et réfléchir au plus long terme aussi. On veut pouvoir continuer à envoyer les enfants dans les écoles, mais il y a évidemment une tension avec l’objectif de ralentir l’épidémie. » Le ministre ne souhaite pas non plus opposer économie et santé publique, « si l’on veut sauver l’économie il faut d’abords sauver la santé publique. »

Au sujet de la cacophonie des mesures prises ces derniers jours par différents les niveaux de pouvoir, il appelle à « un message simple et clair, une unité d’action ».

Le ministre de la Santé publique demande également aux citoyens limiter leurs déplacements, à la veille des vacances de Toussaint. « Utilisons les vacances de Toussaint pour faire une campagne contre le virus, et donc limitez vos contacts » a-t-il conclu.

Un comité de concertation vendredi

Un nouveau comité de concertation aura lieu vendredi après-midi, à 13h plus précisément. Il y sera question de l’évaluation de la fermeture de l’horeca, avec deux semaines de recul. Il n’est pas exclu qu’on aille un pas plus loin dans le reconfinement, pour s’approcher de plus en plus du lockdown de la première vague de mars-avril dernier, en préservant toutefois l’école au maximum.

« Si nous voulons sortir de la zone à risque, cela demandera un effort de longue haleine », a déclaré jeudi Alexander De Croo à la Chambre, à la veille d’un nouveau comité de concertation durant lequel de nouvelles mesures visant à lutter contre la propagation du coronavirus pourraient être prises. Le Premier ministre, qui a appelé à la solidarité, n’a cependant pas précisé quel type de décisions pourraient être prises vendredi après-midi.

« Nous nous trouvons dans un confinement partiel à l’heure actuelle », a rappelé M. De Croo, en référence à son discours prononcé mercredi soir. « Plus vite les mesures entrent en vigueur, plus vite on peut protéger les gens », a-t-il ajouté. « Les gouvernements luttent côte à côte et c’est dans cette solidarité que nous devons combattre ce virus. Cette unité est absolument cruciale », a-t-il également soutenu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous