«Poison de l’intolérance», «barbarie islamique»: la presse française s'indigne après l’attaque de Nice

«Poison de l’intolérance», «barbarie islamique»: la presse française s'indigne après l’attaque de Nice

Après l’attaque de Nice qui a coûté la vie à trois personnes, la presse française a consacré de longues colonnes à ce triste événement. Tour d’horizon.

Dans son éditorial « le poison de l’intolérance », Libération revient sur cette période compliquée marquée par une épidémie et des attentats. « Entre épidémies et guerres de religion, le monde semble être brutalement revenu au Moyen Âge », note le quotidien qui souligne qu’aujourd’hui « ce sont donc les extrêmes qui sont à l’œuvre ».

Libération en profite pour lancer un avertissement : attention à ne pas stigmatiser des communautés dans la lutte contre le séparatisme et l’obscurantisme, sous peine de donner raison aux islamistes. « Il serait irresponsable, dans un monde instable voire inflammable, de laisser se diffuser le poison de l’intolérance, du rejet et de la haine. Tout dirigeant politique qui s’y risquerait porterait une lourde responsabilité dans la suite des événements. »

Le Figaro, lui, titre sur « la barbarie islamique se déchaîne contre la France » et appelle à regarder « l’ennemi en face ». Un ennemi que cite nommément le journal : l’islamisme qui continue sa guerre contre la France. Pour le quotidien, le politique doit prendre ses responsabilités « en durcissant les lois pour reprendre son destin en main. »

Enfin, Le Monde pointe qu’après cette attaque - et en plein confinement - c’est Emmanuel Macron qui se retrouve sous le feu des critiques après une énième attaque terroriste. « Le silence règne sur l’avenue Jean-Médecin. Seul le cri des mouettes se fait entendre. Le grésillement des radios aussi. La police. Ce n’est pas le confinement, pas encore. C’est le terrorisme. Encore. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous