Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: «Le droit au logement reste un droit, même en temps de crise sanitaire»

Le gouvernement bruxellois doit prendre des mesures d’urgence en matière de logement pour faire face à la deuxième vague de covid. A commencer par un nouveau moratoire sur les expulsions domiciliaires.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Aujourd’hui, nous vivons une deuxième vague de contamination qui a poussé le gouvernement bruxellois à annoncer de nouvelles mesures, notamment un couvre-feu très strict. Les hôpitaux sont à nouveau débordés, il n’y a pas eu de refinancement suffisant entre mars et octobre, et ne semble plus à l’ordre du jour. Absent également du discours politique : le droit au logement, qui est totalement négligé. Pourtant, la nécessité de se loger dignement apparaît plus que jamais indispensable… sauf que la mise en œuvre de ce droit se heurte aux intérêts des bailleurs, ainsi que des banques (qui bénéficient d’un soutien étatique indéfectible).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bollinne Philippe, lundi 2 novembre 2020, 10:26

    Je comprends parfaitement la nécessite de telles mesures : chacun devrait disposer d'un logement salubre, fut-il minimaliste. Cependant ; en tant que propriétaire; je ne louerai rien avec un tel cadre légal. Un bien mobilier c'est un énorme investissement, un bien qui s'use plus par l'usage et dont l'usage doit être compensé par un revenu. Mettre à mal le droit de propriété ne profitera à personne.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs