Accueil Belgique Politique

Koen Geens: «PS-N-VA? On a raté une chance historique mais rien n’est perdu»

L’ex-vice Premier ministre et ministre de la justice est redevenu député par sentiment de ne plus être suffisamment utile et regret de ne pas avoir réussi une coalition PS-N-VA. Car pour ce CD&V c’est une évidence : la différence de « goûts » entre le nord et le sud impose une réforme d’Etat.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 11 min

Mercredi soir. Koen Geens nous reçoit chez lui, près de Louvain. Il est 18h, une heure étrange pour être déjà à la maison pour ce ponte du CD&V, ex-vice premier ministre, ex-ministre des finances et de la justice que beaucoup voyaient Premier ministre. Le 25 septembre dernier, à la surprise de beaucoup, c’est lui qui faisait savoir qu’il ne serait pas ministre du gouvernement Vivaldi.

Vous voilà hors du gouvernement et plus ministre : comment vous sentez-vous ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par GOBBO Corrado, samedi 31 octobre 2020, 20:45

    J'avais des doutes sur Mr K.Geens, notamment (mais pas seulement) comme ministre de la justice, où il n'a pas, c'est peu de le dire , soulevé l'enthousiasme (ni en Flandre, ni en FWB), mais après cette interview, j'ai la confirmation: double langage, peu crédible, en louvoiement perpétuel (certains -pas moi-disent que ça se lit sur son visage), très auto-satisfait et flatteur vis-à-vis de son parti, nostalgique de la "solution" avortée PS-NVA (my God !) pour la Belgique ( sérieusement ?), et d'une (fausse ?) naïveté p.r. à celle-ci : "La N-VA a pris ses distances par rapport au séparatisme" : vous êtes sérieux Mr Geens ? Ou est-ce une forme d'humour. Il était temps de prendre votre "retraite" de la 1ère ligne. Farewell, forever espérons-le. PS -Laatste punt : helemaal akkoord wat betreft het feit dat veel mensen niet tweetalig zijn , of tenminste een voldoende kennis van de andere taal hebben ( wat voor onze duitstalige landgenoten !), mais il y a une petite contradiction à trouver cela insupportable (si ce sont les termes de votre pensée) et avoir Mr Di Rupo en haute estime, dont le bilinguisme, malgré ses louables efforts, n'est pas top (mais en dehors de cela, Mr Di Rupo est certainement qq de valeur ).

  • Posté par Albin S. Carré, samedi 31 octobre 2020, 18:59

    Le prêche du jésuite, il illustre à merveille ce que peut être un faux jeton. Le reste du CD&V ne vaut pas mieux tout comme le CDH côté francophone . Ces partis confessionnels ne sont pas fiables du tout, ils naviguent entre deux eaux, leur discours est ambigu, ni chair ni poisson, à fuir comme la peste! Le CD&V a permis à la NVA de se développer grâce au génial Yves Leterme, un stratège hors pair!

  • Posté par Van Ryn Charles-axel , samedi 31 octobre 2020, 20:25

    Excellente analyse que je partage totalement. Ce parti n'est pas fiable car à l'évidence il est totalement sous l'influence de la NVA et de son ayatollah anversois. Et les propos de l'interviewé ne font que confirmer cette vérité.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 31 octobre 2020, 16:06

    À mes yeux, M. Geens est toujours apparu comme une "taupe" du mouvement ouvrier chrétien flamand, chargé "en stoemelings" de défendre avant tout les intérêts des "épargnants/ investisseurs" d'Arco en rentrant au gouvernement. Mais son inertie cachée sous des montagnes de promesses, ses velléités de "privatiser" les institutions publiques et donc d'accepter des coupes sombres dans les budgets notamment de la Justice déjà exsangue, et sa duplicité onctueusement vouée à l'Œuvre de Dieu ne me l'ont vraiment pas rendu sympathique.

  • Posté par Christian Radoux, samedi 31 octobre 2020, 18:40

    Je partage votre avis. Mais ne suis pas du tout certain que, dans la "Vivaldi", le dossier Arco soit abandonné. Pour la survie des calotins flamands, c'est même sans doute encore plus important que le droit de veto qu'ils ont obtenu (quoi qu´en dise Paul Magnette) sur la loi IVG. Qui vivra verra.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs