Accueil Culture Livres

Et si de Gaulle avait parlé à Cohn-Bendit

Christine Clerc imagine leur rencontre, et ça sonne juste.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

M ais enfin, ce Cohn-Bendit, qu’est-ce qu’il a pour lui ? Comment s’y prend-il pour entraîner tant de jeunes derrière lui ?  » C’est la première phrase de Le tombeur du général, de la journaliste écrivaine Christine Clerc. Et, d’emblée, on est entraîné dans ces événements extraordinaires de Mai 68. Cette révolte des jeunes mêlée à l’incompréhension totale des hommes politiques, le vieux général de Gaulle en tête. Déjà, on sent le président de la République fasciné par le charisme de cet étudiant aux cheveux roux. Et la rencontre purement fictionnelle entre ces deux personnages, le soir du 28 mai, semble rapidement naturelle, évidente même.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par DEMARET, samedi 2 avril 2016, 11:17

    J'ai passé cinq jours à Paris en décembre 1968 pour m'imbiber de l'ambiance de Mai. Tout comme de Gaulle, Daniel Cohn-Bendit reste toute sa vie une figure de proue charismatique. Je ne connais qu'un seul homme politique wallon qui soit arrivé à sa hauteur de vue, à chacun de deviner lequel.

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs