Reconfinement: ces articles que les supermarchés ne pourront plus vendre

Reconfinement: ces articles que les supermarchés ne pourront plus vendre

Les supermarchés et autres magasins essentiels qui pourront rester ouverts à partir de lundi ne pourront pas vendre des produits qui sont proposés dans d’autres magasins qui, eux, devront fermer leurs portes à la suite des mesures pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Il s’agit notamment de jouets, d’ustensiles de cuisine et de vêtements, détaille l’arrêté ministériel publié dimanche au Moniteur. Ces produits peuvent par contre y être livrés ou emportés après avoir été commandés.

Outre ces trois catégories d’objets, on retrouve également les meubles, les meubles de jardin, les barbecues et les chauffages mobiles. Ou bien encore les articles de décoration – à l’exclusion des bougies –, de multimédia et d’électro, les chaussures, les accessoires télécom, les bijoux, les articles de cuir et de sport.

Tous ces biens doivent être rendus inaccessibles au public dans les établissements ouverts. Ils peuvent par contre être livrés ou emportés après avoir été commandés, à l’image de ce qui sera possible pour les commerces non-essentiels qui devront fermer.

Quant aux magasins de bricolage, ils peuvent uniquement vendre des matériaux pour réaliser des travaux dans la maison ou dans le jardin.

Ce qui peut rester ouvert

L’arrêté ministériel reprend par ailleurs la liste des magasins qui peuvent rester ouverts, qu’avait déjà publiée le ministre des Indépendants David Clarinval samedi. Sont concernés ceux d’alimentation, y compris de nuit, et ceux de produits d’hygiène et de soins et d’alimentation pour animaux. Mais également les pharmacies, les marchands de journaux et les librairies, les stations-services et fournisseurs de carburants et combustibles et les magasins de télécommunications, à l’exclusion de ceux qui ne vendent que des accessoires. On peut encore citer les magasins de dispositifs médicaux, ceux de bricolage, de fleurs et de plantes, les jardineries et pépinières, les magasins en gros destinés aux professionnels – mais uniquement au bénéfice de ces derniers –, les commerces de détail spécialisés qui vendent des tissus d’habillement ou des fils à tricoter et des articles de mercerie, et les magasins de papeterie.

Les prestataires de services indépendants tels que les notaires, les syndicats et les avocats peuvent également continuer à travailler. Les garages et les magasins de vélos peuvent rester ouverts pour les pannes, les réparations, l’entretien et le service après-vente.

Une série de professions de contact doivent par contre fermer leurs portes, en ce compris les prestations de service à domicile : les instituts de beauté et de pédicure non-médicale, les salons de manucure, de massage, de coiffure et de barbiers, et les studios de tatouage et de piercing.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous