Accueil Société

Attentats de Bruxelles: Max Roos, de rue ordinaire à cible médiatique

Ecrivain et Prix Rossel 2011, Geneviève Damas a rédigé plusieurs chroniques depuis Lampedusa pour « Le Soir ». Elle revient aujourd’hui pour conter son quotidien en tant qu’habitante de la rue Max Roos à Scharbeek, là d’où sont partis les trois terroristes de Zaventem.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

C’est une rue anonyme, comme on en trouve des dizaines à Schaerbeek. Une rue à la population mixte. Une rue grise avec une épicerie et une pompe à essence. Une rue à deux pas du Pont Van Praet, du canal et de la déchetterie. Une rue à un jet de pierre du chemin de fer – quand le vent est au Nord, j’entends les annonces SNCB comme si j’étais sur le quai. Une rue où je vis avec mes enfants depuis dix ans. Mardi dernier, elle est tombée sous le feu des projecteurs. Même le New York Times en a parlé. Retour sur les événements des dix derniers jours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bernard HEUNDERS, samedi 2 avril 2016, 9:09

    Il faut continuer à se parler ! J'aime cette poésie de Saïdi...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs