Ligue des Champions: Ilicic, un retour à pas comptés pour l’Atalanta

Josip Ilicic
Josip Ilicic - Photo News

On l’a d’abord vu poster quelques messages et un sourire timide sur les réseaux sociaux, avant de pousser de nouveau les portes du centre d’entraînement à Bergame, qui reçoit Liverpool mardi pour la troisième journée de Ligue des champions.

Et puis, depuis deux semaines, il a enfilé sur sa grande carcasse (1,90 m) le maillot nerazzurro N.72 et s’est remis à courir, de son étrange démarche chaloupée, sur les pelouses de Serie A et de Ligue des champions.

Revoilà donc Ilicic! Une nouvelle chaleureusement saluée. Par les supporteurs, avec une banderole déployée près du stade bergamasque. Par ses partenaires, qui l’attendaient impatiemment. Et par son entraîneur Gian Piero Gasperini, qui l’a titularisé dès son premier match à Naples le 17 octobre, premier ravi de ce retour auquel il n’a pas toujours cru.

«J’étais très sceptique sur le fait qu’il puisse revenir à son niveau antérieur, cela ne me semblait pas simple. Mais aujourd’hui, j’y crois davantage», avait-il notamment confié, alors qu’Ilicic s’entraînait loin des caméras.

Quatre buts à Valence

Hors de Bergame, ce retour n’a pas non plus laissé de marbre: l’Italie, depuis dix ans, a appris à apprécier Ilicic, faux lent capable de jours sans mais aussi de coups de génie de sa patte gauche, dans tous les clubs où il est passé (Palerme, Fiorentina avant l’Atalanta).

Les nuages noirs qui ont encombré Ilicic semblent donc partis. Même si l’international slovène de 32 ans n’a pas encore totalement retrouvé le rythme. Il lui faudra quelques matches de plus, sans doute, et surtout un but, une joie qu’il n’a pas encore pu ressentir lors de ses cinq premières rencontres.

La dernière fois qu’il a fait trembler les filets, c’était lors d’une soirée hors du temps, le 10 mars à Valence, en Espagne: dans un stade vide, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus qui s’installe alors en Europe, le Slovène marque quatre fois (4-3) et valide la qualification en quarts de finale de la «Dea» pour sa première Ligue des champions.

Les joueurs exhibent un message pour les habitants de leur ville — «Bergame, c’est pour toi. ne lâche pas» — mais l’ambiance n’est déjà plus à la fête en Lombardie: la province est touchée de plein fouet et sera l’une des plus meurtries en Italie. Le match aller contre Valence, disputé à Milan devant des dizaines de milliers de supporteurs bergamasques, est d’ailleurs considéré comme un facteur ayant pu accélérer la diffusion du Covid-19.

Exil en Slovénie

Après cette soirée si étrange, le football s’est éteint et Ilicic ne fut plus le même.

Il rejoue quelques matches à la reprise en juin/juillet, mais ne donne pas l’impression d’y être. Avant même la fin du championnat, il rentre en Slovénie et renonce au quart de finale de C1 que la «Dea» perdra en août à Lisbonne contre le Paris SG (1-2).

Ni le club ni le joueur n’ont communiqué sur les raisons de cette défection.

C’est son coéquipier et ami Alejandro Gomez qui a levé une partie du voile la semaine dernière lors d’une interview au média argentin TyC Sports: «Ilicic avait un coronavirus et a beaucoup souffert», puis «il est tombé dans la dépression», a-t-il raconté. «Il arrive parfois un point où votre tête explose. Heureusement, il a récupéré», a ajouté «Papu».

A Bergame, c’est en tous les cas sans pression que tous attendent désormais qu’Ilicic retrouve la confiance. Pour redevenir le joueur qu’il était la saison passée, celle où il avait enfin trouvé la constance, avec 20 buts marqués.

Ce ne sera pas forcément contre Liverpool, mardi en Ligue des champions, car il est apparu «en difficulté» ce week-end contre Crotone (2-1), selon Gasperini. Mais, avec Ilicic, affectueusement surnommé la «Nonna» (Mamie) à Bergame pour sa propension à faire la tête, l’Atalanta a décidé de prendre son temps.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Photo News

    Par Xavier THIRION

    Anderlecht

    Anderlecht: l’énigme Mustapha Bundu

  • SOCCER EL D4 STANDARD VS LECH POZNAN

    Par Jonas Bernard

    Standard

    Dans le Top 7, le Standard est invincible: le club liégeois ne perd plus dans les «grands» matches!

  • Reuters

    Par Jean-François Patte

    Espagne

    Real Madrid: Eden Hazard risque de ne plus jouer en 2020

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous