Accueil Le direct

«Bruxelles est une ville sinistrée, il ne reste que les murs»

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Le sourire crispé et les yeux suppliants, les restaurateurs de la rue des Bouchers tentent par tous les moyens de s’arracher les quelques touristes qui passent malgré tout par là. Une denrée rare, le touriste, ces derniers temps à Bruxelles. Au désespoir le plus total des commerçants. Aucun n’a de mots assez forts pour évoquer la situation. « Je tiens deux restaurants l’un en face de l’autre. C’est simple, on les a ouverts toute la journée mercredi : on a fait 100 euros de chiffre d’affaires. Deux couverts ! », explique Maaoia, sur le pas de la porte Savarin, les yeux embués. De la chaîne de cafés américains, au chocolatier artisanal, en passant par l’hôtel familial, tous dressent le même constat, dépités : « Bruxelles est une ville sinistrée, il ne reste que les murs ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Le direct

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs