Accueil Opinions

Juan Luis Cebrián: «J’ai été un journaliste toute ma vie»

Juan Luis Cebrián est un des hommes les plus influents de la presse européenne. Enfant du franquisme, il raconte la saga d’El País, soit la sienne depuis 40 ans. Entretien.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 9 min

Rendez-vous a été donné à l’hôtel Wellington, à deux pas du Prado. L’homme qui va arriver est l’un des plus influents d’Espagne. Il l’a été en Europe et compte bien le devenir en Amérique latine. Ce fut une icône aussi car Juan Luis Cebrián fut, à 31 ans, le fondateur d’El País avec son partenaire-actionnaire Jesus de Polanco. C’est à cet enfant du franquisme, fils du rédacteur en chef d’Arriba, le journal de la Phalange et donc l’organe de presse du régime fasciste, qu’il fut demandé de mettre sur pied le premier journal démocratique d’une Espagne qui sortait du ghetto extrémiste. El País – Le Pays – devient l’accompagnateur de la transition démocratique, défenseur de l’Europe et du progrès social. Cebrián en fera un des plus grands journaux européens, dont la moitié des utilisateurs digitaux sont désormais en Amérique latine.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs