Accueil Sports

Si Mohamed Ketbi, jeune et joyau

A 18 ans, le taekwondoka bruxellois a des rêves de grandeur olympique. Le palmarès qu’il s’est façonné jusqu’ici lui offre des raisons d’espérer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 6 min

Il ne boit pas, il humecte. De l’eau –  plate –, forcément. Si Mohamed Ketbi est dans le contrôle permanent. De sa coiffure, qu’il ramène régulièrement à moins de folie. De son corps filiforme, dans lequel il semble parfois se perdre avant de se reprendre, toujours mains dans les poches, pour ne pas avoir l’air d’y toucher. De son alimentation, donc, qu’il doit réguler en permanence pour ne pas affoler l’aiguille de sa balance. Parce qu’à 18 ans, sous ses tics post-adolescents, c’est – déjà – une vie de sacrifice qu’il s’impose.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs