Ligue des champions: Chelsea sous le charme d’Edouard Mendy

Photonews
Photonews

Quand on parle de gardiens de but passés par Rennes et Chelsea, impossible de ne pas évoquer Petr Cech, transféré d’un club à l’autre en 2004 pour 14,5 millions d’euros, avant de jouer 11 saisons avec les Blues.

L’ancien international tchèque, toujours présent à Chelsea comme conseiller, était devenu le gardien le plus cher de Ligue 1. Un record tombé avec Mendy.

Quand Frank Lampard a dû se rendre à l’évidence que Kepa Arrizabalaga, le gardien recruté pour 80 millions d’euros il y a deux saisons, semblait reparti pour une saison rythmée par les bourdes, c’est Cech qui a glissé le nom de l’international sénégalais de 28 ans à l’oreille des dirigeants.

Rennes a négocié pied à pied avec son illustre homologue et réussi à obtenir 24 millions d’euros, plus 6 millions d’euros de bonus qui, au rythme où vont les choses, finiront bien par tomber.

La partie était pourtant loin d’être gagnée pour Mendy, davantage vu au départ comme un aiguillon de la dernière chance pour faire rejaillir le talent perdu de Kepa.

Force de caractère

« On l’avait recruté pour mettre davantage de concurrence et que les joueurs montrent leurs qualités. Il a montré les siennes », avait récemment expliqué Frank Lampard.

Deux titularisations réussies, contre Tottenham en Coupe de la Ligue – malgré l’élimination aux tirs au but – et Crystal Palace en championnat, n’avaient pas empêché le coach de redonner une ultime chance à son rival espagnol. Mais les trois buts encaissés face à Southampton ont définitivement fait basculer la hiérarchie.

Contre Séville et Krasnodar en Ligue des champions, ainsi que Manchester United et Burnley en championnat, Mendy a encore brillé, gardant à chaque fois sa cage inviolée.

À Old Trafford, après une passe ratée qui avait failli se transformer en but gag contre son camp, il avait montré une grosse force de caractère pour tenir le 0-0 en sortant deux grosses parades face à Juan Mata et Marcus Rashford.

« Il a montré ce pour quoi on l’a fait venir ici. On savait qu’il avait de la qualité, il a montré beaucoup de calme dans les matches qu’il a déjà joués et je suis ravi de ses arrêts d’aujourd’hui, parce que dans un match serré, on compte sur ces moments-là et il nous a fait gagner un point », l’avait félicité Lampard.

Il peut encore progresser

Arrivé sur le tard dans le monde pro, Mendy, qui découvre tout juste le très haut niveau, semble en tout cas n’avoir aucun complexe à invectiver ses partenaires en plein match pour les replacer.

« Il s’est très bien intégré, il est impliqué, il s’entraîne dur, il n’hésite pas à parler pour créer des relations avec les joueurs devant lui », a confirmé Lampard.

En n’encaissant aucun but lors de ses trois premiers matches de championnat, il a réalisé une performance jamais vue chez les Blues depuis… Cech lui-même.

Le Tchèque a récemment confié à la chaîne Téléfoot qu’il pensait voir encore Mendy progresser.

Avec en ligne de mire l’incroyable record de 15 buts encaissés et 25 « clean sheets » qu’il avait lui-même établi lors de la saison 2004/2005.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Dans les années 80, Maradona faisait les beaux jours de Naples, Platini de la Juventus.

    Par Emanuela Audisio

    Football international

    Michel Platini: «Pour les jeunes, personne n’arrive à la cheville de Diego Maradona»

  • iPiccy-collage

    Par A.C. avec J.B., D.S., G.R. et X.T.

    Standard

    Deux gardiens fiables, de l’instabilité dans le milieu,... Voici notre grande comparaison de chaque ligne de jeu avant Anderlecht-Standard

  • 2513891

    Par Cédric Martin (avec Fr.L.)

    Charleroi

    Defays, de futur Mazzù à éternel T2 de Charleroi?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous