Lucien Favre (Dortmund) avant d’affronter Bruges: «Ce club sera certainement un concurrent pour la première place»

AFP
AFP

L’entraîneur de Dortmund, Lucien Favre a témoigné de beaucoup de respect pour les champions de Belgique, mardi lors de sa conférence de presse. « Ce Club de Bruges est clairement un concurrent pour les deux premières places », a noté l’entraîneur suisse du Borussia.

Lucien Favre a tenu sa discussion avec la presse à Dortmund et non comme d’habitude à Bruges, en raison de la menace du Covid-19 en Belgique. Il a commencé par évoquer les nouvelles de blessures dans ses propres rangs.

« Mats Hummels (qui s’est blessé aux ischio-jambiers lors du match de championnat face Arminia Bielefeld samedi, ndlr) ne jouera certainement pas demain », a expliqué l’entraîneur.

« Nous espérons qu’il jouera contre le Bayern samedi, mais le match à Bruges arrive définitivement trop tôt. Nous avons évalué sa situation jusqu’à ce matin. J’aurais aimé qu’il soit là, mais ce n’est pas le cas. Je ne sais pas encore qui va le remplacer. C’est difficile. Il ne nous reste qu’un seul défenseur central en forme (Manuel Akanji, ndlr), qui a l’habitude de jouer avec quatre défenseurs. Ou alors on va encore jouer à trois derrière ? C’est possible. Nous n’avons pas encore eu le temps d’en parler. Je ne peux pas encore donner une réponse claire ».

« Mats est un maillon important en défense, mais nous défendons avec toute l’équipe », a poursuivi Favre. « Les milieux de terrain et les attaquants en font également partie. Je suis généralement très satisfait de notre développement en termes défensifs. La saison dernière, nous concédions trop de buts, c’est mieux maintenant ». Dortmund n’a concédé que deux buts en six matchs de championnat.

Haaland reste incertain

En attaque, Erling Haaland a manqué contre Bielefeld. Le buteur norvégien de 20 ans souffre du genou. « Je ne sais pas encore s’il va jouer », a déclaré Favre. « Nous allons attendre et voir. Nous avons beaucoup de possibilités devant. Nous verrons qui jouera. Je ne sais vraiment pas encore ».

Favre et Dortmund ont également joué il y a deux saisons contre le Club de Bruges en Ligue des champions. Les Allemands se sont imposés 0-1 à Bruges grâce à un but très chanceux de Pulisic, et les deux équipes ont partagé 0-0 en Allemagne. « Le Club de Bruges était déjà un adversaire de taille à l’époque », reconnaît Favre.

« J’ai aussi dit alors que beaucoup de choses sont possibles. Ils se sont développés depuis lors. Le Club de Bruges a de nombreuses qualités. Ils ont également l’avantage que leur colonne vertébrale, le milieu de terrain avec Rits, Vormer et Vanaken, est toujours à bord. En plus de cela, il y a quelques jeunes joueurs, qui ont de toute façon acquis une certaine expérience en championnat et en Ligue des champions. L’équipe joue ensemble depuis un certain temps déjà. Vous pouvez le voir. Ce n’est pas un hasard s’ils sont champions de Belgique. Ce Club de Bruges sera certainement un concurrent pour la première place. Vous avez également vu cela contre le Zénith et la Lazio. Nous devons les prendre en compte ».

Favre est également revenu sur la situation concernant le coronavirus, qui frappe plus durement en Belgique qu’en Allemagne. « Nous savons que c’est dangereux en Belgique, mais c’est le cas partout », a déclaré le Suisse. « Nous voulons jouer parce que c’est la Ligue des Champions, la compétition la plus importante. Nous voulons obtenir un bon résultat à Bruges. Nous nous envolerons pour la Belgique plus tard comme prévu et reviendrons immédiatement après le match. Nous devons tous être prudents et avoir beaucoup de discipline. C’est dangereux. Nous le savons. Jouer au football en Europe en cette période est un véritable défi. Mais je veux me concentrer sur le jeu sur le terrain ».

Dortmund ne prend l’avion pour la Belgique que mardi soir et ne s’entraînera pas sur le sol belge. « Nous essayons vraiment de fermer complètement l’équipe au monde extérieur en Belgique », a ajouté le responsable de la presse Arne Niehörster. « Nous ne voulions pas tenir une conférence de presse à Bruges avec des journalistes dans la salle. Nous apportons également notre propre cuisinier et notre sécurité en Belgique. Nous sommes convaincus que de cette façon, nous ne serons pas en danger ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous