22e WEMO: la crise sanitaire bouleverse profondément le secteur de l'énergie

La baisse significative de l'activité économique due aux mesures de lutte contre la pandémie a conduit à la plus importante réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) depuis la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, les objectifs à long terme liés au changement climatique restent très ambitieux, estime Capgemini dans son rapport annuel. Les émissions devraient diminuer de 7% à 8% en 2020, selon les estimations, du fait des restrictions de déplacements et d'un net ralentissement industriel.

"Cette baisse des émissions en 2020 est liée à la période de confinement et aux restrictions qui subsistent en matière de mobilité", note Colette Lewiner, conseillère Énergie auprès de la Direction générale de Capgemini. "Les émissions augmenteront probablement à nouveau lorsque le monde se remettra de la pandémie. A titre d'exemple, il faudrait prendre une mesure de restriction similaire, chaque année pendant les 10 prochaines années, pour être sur la bonne voie en matière d'environnement, ce qui est bien entendu irréalisable. Il est nécessaire d'instaurer de profonds changements pour atteindre les objectifs en matière de changement climatique".

Selon les données du rapport, en 2019, la Belgique a encore vu ses émissions de CO2 augmenter de 1,3 pc par rapport à l'année précédente, contrairement à la plupart des pays de l'Union européenne.

La production énergétique à partir de sources renouvelables et les technologies de stockage par batteries évoluent rapidement, selon le rapport. Les énergies renouvelables représentent plus de la moitié des investissements mondiaux dans la production d'électricité. Grâce à l'expansion du marché des énergies renouvelables et aux progrès technologiques, les coûts ont diminué encore de plus de 10% (énergie éolienne et solaire) en 2019 et ne cessent de baisser mois après mois.

Pour autant, face à la part croissante des sources renouvelables intermittentes (énergie éolienne et solaire), l'équilibrage du réseau est plus difficile et la sécurité de l'approvisionnement pourrait être compromise. Cette situation a été illustrée à la fois en Europe et aux Etats-Unis cette année. Ainsi, en avril, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont subi des quasi black-out, ce qui démontre que les réseaux et la réglementation ne sont pas adaptés pour faire face à la forte proportion d'énergies renouvelables prévue pour la fin de la décennie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Depuis la début de la crise sanitaire, c’est sur Zoom ou sur Skype que les candidats ont dû défendre leurs qualités et compétences.

    Par Cécile Danjou

    Emploi

    Comment la crise a accéléré le recrutement 2.0

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous