La villa de James Bond est à vendre

L’ancien repaire privé de 007 était l’une des villas les mieux situées de la Riviera française.
L’ancien repaire privé de 007 était l’une des villas les mieux situées de la Riviera française. - Knight-Frank.

A l’image de l’agent 007, Sean Connery, le premier acteur à avoir incarné James Bond, en 1962, avouait un faible pour le luxe et les maisons de rêve. Il avait acquis dans les années 1970, sur les hauteurs de Nice, une propriété somptueuse, mise en vente pour 30 millions d’euros par Knight Frank. « Chez Sean » est l’une des villas les plus fascinantes et les mieux situées de la Riviera française, offrant une vue imprenable sur la Méditerranée.

Ce joyau d’architecture classique à la française fait partie du patrimoine cinématographique. En 1983, ses murs ont servi de décor au film Jamais plus jamais, le dernier James Bond tourné par Sean Connery, avec Kim Basinger, seconde adaptation du roman Opération Tonnerre. La maison de mille mètres carrés domine une falaise abrupte, du haut de laquelle le regard embrasse la célèbre Promenade des Anglais et le Vieux-Port de Nice.

Caprice des Années Folles enlacé de vignes et de glycines, « Chez Sean » dispose de son propre complexe de remise en forme avec une salle de sport, une piscine extérieure d’eau de mer enchâssée dans le flanc de la falaise, et une piscine intérieure dont les baies vitrées flirtent avec les jardins. Un ascenseur permet d’accéder confortablement aux différents niveaux de la villa. Une terrasse panoramique occupe le toit. Les fenêtres du hall montent du sol au plafond pour offrir des perspectives inoubliables sur les montagnes et la mer. Les parquets précieux sont d’époque.

Disparu le 31 octobre, Sean Connery n’avait pas usurpé sa réputation d’acteur raffiné. Cette villa du « Roc Fleuri » a été bâtie sur une parcelle du célèbre « Château de l’Anglais », édifié par le colonel Robert Smith à son retour des Indes. L’agence Knight Frank qui met le bien en vente précise que si Sean Connery y a longtemps vécu avec sa seconde épouse, l’artiste peintre franco-marocaine Micheline Roquebrune, il n’était plus le propriétaire de la villa. Depuis plusieurs années, l’acteur habitait à Nassau, aux Bahamas, où il avait tourné Opération Tonnerre avec James Bond et où il est décédé à l’âge de 90 ans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite