La villa de James Bond est à vendre

L’ancien repaire privé de 007 était l’une des villas les mieux situées de la Riviera française.
L’ancien repaire privé de 007 était l’une des villas les mieux situées de la Riviera française. - Knight-Frank.

A l’image de l’agent 007, Sean Connery, le premier acteur à avoir incarné James Bond, en 1962, avouait un faible pour le luxe et les maisons de rêve. Il avait acquis dans les années 1970, sur les hauteurs de Nice, une propriété somptueuse, mise en vente pour 30 millions d’euros par Knight Frank. « Chez Sean » est l’une des villas les plus fascinantes et les mieux situées de la Riviera française, offrant une vue imprenable sur la Méditerranée.

Ce joyau d’architecture classique à la française fait partie du patrimoine cinématographique. En 1983, ses murs ont servi de décor au film Jamais plus jamais, le dernier James Bond tourné par Sean Connery, avec Kim Basinger, seconde adaptation du roman Opération Tonnerre. La maison de mille mètres carrés domine une falaise abrupte, du haut de laquelle le regard embrasse la célèbre Promenade des Anglais et le Vieux-Port de Nice.

Caprice des Années Folles enlacé de vignes et de glycines, « Chez Sean » dispose de son propre complexe de remise en forme avec une salle de sport, une piscine extérieure d’eau de mer enchâssée dans le flanc de la falaise, et une piscine intérieure dont les baies vitrées flirtent avec les jardins. Un ascenseur permet d’accéder confortablement aux différents niveaux de la villa. Une terrasse panoramique occupe le toit. Les fenêtres du hall montent du sol au plafond pour offrir des perspectives inoubliables sur les montagnes et la mer. Les parquets précieux sont d’époque.

Disparu le 31 octobre, Sean Connery n’avait pas usurpé sa réputation d’acteur raffiné. Cette villa du « Roc Fleuri » a été bâtie sur une parcelle du célèbre « Château de l’Anglais », édifié par le colonel Robert Smith à son retour des Indes. L’agence Knight Frank qui met le bien en vente précise que si Sean Connery y a longtemps vécu avec sa seconde épouse, l’artiste peintre franco-marocaine Micheline Roquebrune, il n’était plus le propriétaire de la villa. Depuis plusieurs années, l’acteur habitait à Nassau, aux Bahamas, où il avait tourné Opération Tonnerre avec James Bond et où il est décédé à l’âge de 90 ans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Proximus continue à fournir régulièrement des données à Sciensano.

    Trois entrepreneurs de la tech appellent à une meilleure utilisation des données pur la relance

  2. PEOPLE-GISCARD_

    Décès de Valéry Giscard d’Estaing, l’homme qui voulait moderniser la France

  3. Xavier Brenez.

    Xavier Brenez: «On aurait pu éviter des dégâts dans les maisons de repos»

La chronique
  • Visa pour la Flandre: 11 millions de Belges qui font flop

    L’adhésion, ça ne se commande pas, ça se construit. La preuve par le réel. Ainsi donc nous avons un gouvernement qui veut convaincre les Belges d’agir comme une seule équipe et un Premier ministre qui a son slogan « nous devons devenir une seule équipe de 11 millions de Belges pour battre le corona ». Nous avons aussi désormais une campagne de pub concoctée par l’agence Happiness, diffusée dès ce week-end et accompagnée de vidéos filmées au stade Roi Baudouin et mettant en évidence des citoyens qui ont contribué à la lutte contre le virus – un infirmier, un pompier, une joueuse des Red Flames, une cheffe chiro, etc. Le résultat : flop flop flop. L’Echo a fait le test cette semaine : les vidéos publiées sur You Tube sont très peu relayées et sur Instagram, le hashtag #1equipede11millions donne un seul résultat : la vidéo postée par Alexander De Croo. Pas de retweets collectifs non plus des ministres des différents gouvernements, « coachs » de la fameuse équipe à construire.

    Ce ne sont pas les bravos qui fusent, même en interne, mais les questions...

    Lire la suite

  • Hongrie: il faut toujours se méfier des pères la pudeur

    En Hongrie, la ville de Nagykata a décidé, en novembre, d’imiter la Pologne en instaurant une première zone « LGBTQ-free » où seront interdites toute « propagande » et toute marche pour l’égalité. La Hongrie prohibe aussi le changement de genre des transsexuels dans le code civil et compte réserver l’adoption aux couples hétérosexuels mariés.

    La Hongrie a inscrit dans sa nouvelle Constitution que le mariage ne pouvait se faire qu’entre un homme et une femme car seule cette union...

    Lire la suite