Accueil Belgique

Des infirmiers espèrent l’«amnistie» du ministre de la Santé

Ne disposant pas du « visa » nécessaire, une vingtaine de professionnels comptent sur la « compréhension » du ministre. Une décision de justice leur fait craindre le pire

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Un infirmier qui avait omis de faire renouveler son visa pour exercer s’est retrouvé condamné, il y a deux ans à Liège, à rembourser les mutuelles pour tous les soins qu’il avait facturés et qui pourtant avaient été prestés. Depuis cette « mésaventure », qui vaut au trentenaire plus d’1,2 million d’euros de dettes, une bonne vingtaine d’infirmiers ont contacté ses conseils parce qu’ils ne sont pas non plus en conformité. Certains, confient Me Töller et Me Ancion, auraient arrêté de professer tant ils craindraient d’avoir à rembourser de tels montants. Ils ont décidé de faire appel au nouveau ministre de la Santé pour demander qu’une « amnistie » soit accordée aux infirmiers qui ne sont pas en conformité mais souhaitent se mettre en règle : « Dans le contexte sanitaire actuel, on se rend sans doute bien mieux compte de ce que représente la profession d’infirmier, une activité intense, prenante, à hautes responsabilités », explique Me Töller.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Legarou Marcel, mercredi 4 novembre 2020, 11:00

    1,2 millions d'euros de dette ? Pas si mal payé que ça le bougre .

  • Posté par COURARD DIDIER, mercredi 4 novembre 2020, 18:05

    Réfléchissez un peu avant de faire des commentaires idiots...Il doit rembourser l'intervention des mutuelles sur le tarif INAMI de chaque prestations mais ce n'est pas le montant net qu'il se met en poche, puisque les contributions, les lois sociales les taxes, puis aussi les amendes et intérêts de retard sont passées par là et cela sur 6 années. S'il gagne 100.000 euros brut par an en travaillant 12 heurs par jour 6 jours sur 7, ce n'est pas exagéré.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs