Accueil Présidentielle américaine 2020

Election présidentielle: les grands moments de la nuit américaine

Les résultats des Etats-clé ne sont toujours pas tombés et entretiennent donc toujours le suspense.

Temps de lecture: 4 min

Vous venez de vous réveiller, et cherchez à revivre les grands moments de la nuit électorale ? Le Soir a veillé jusqu’au petit matin et vous fait la synthèse des premiers résultats et des événements importants.

À l’heure d’écrire ces lignes, l’Europe se réveille alors qu’il est passé minuit sur la côte ouest des Etats-Unis.

Joe Biden arrive, sans surprise, en tête dans les États de la côte Ouest, dont la Californie et ses 55 grands électeurs, ainsi que dans plusieurs États du Nord-Est des États-Unis, lui permettant pour l’heure de devancer son concurrent républicain, Donald Trump avec 209 grands électeurs contre 118, selon le décompte du New York Times.

Les résultats des Etats-clés ne sont toujours pas tombés et entretiennent donc toujours le suspense.

Le candidat démocrate Joe Biden est donné vainqueur dans l’Etat de Californie, le plus peuplé du pays et représenté par 55 grands électeurs, de même qu’au Colorado (9 grands électeurs). Il arrive également en tête dans l’Etat du New Hampshire (4), de New York (29), de Washington (12), de l’Oregon (7), du Nouveau-Mexique (5), de Virginie (13), de l’Illinois (20), du Maryland (10), du New Jersey (14), du Connecticut (7), du Massachusetts (11), du Delaware (3), de Rhode Island (4), du district de Columbia (Washington, 3) après avoir déjà été déclaré victorieux dans le petit Etat du Vermont (3) en premier.

Le président sortant républicain Donald Trump est, quant à lui, donné vainqueur dans les Etats de l’Utah (6), d’Idaho (4), du Missouri (10), du Kansas (6), au Wyoming (3), au Dakota du Nord et du Sud (3 chacun), au Nebraska (3 sur les 5, le Nebraska étant l’un des deux Etats avec le Maine qui inclut une dose de suffrage proportionnel), de Louisiane (8), de Virginie occidentale (5), d’Oklahoma (7), du Tennessee (11), du Mississippi (6), de l’Alabama (9), de Caroline du Sud (9), d’Indiana (11) et d’Arkansas (6) en plus du Kentucky (8).

Jusqu’à présent, les projections des résultats électoraux formulées par les médias américains correspondent aux attentes. Aucun résultat n’a encore été annoncé pour les Etats-clés (« swing states »).

Il faut un minimum de 270 grands électeurs sur les 538 à l’échelle du pays pour être déclaré vainqueur de l’élection présidentielle américaine qui s’est terminée mardi.

La bataille pour le Sénat

Les Démocrates ont pris mardi dans le Colorado un premier siège de sénateur aux Républicains, qui ont toutefois regagné peu après un autre siège dans l’Alabama, précieux dans leur bataille pour garder la majorité conservatrice au Sénat.

En parallèle, les Démocrates américains ont conservé et même renforcé leur majorité à la Chambre des représentants, d’après les médias américains.

Les Républicains contrôlent actuellement le Sénat avec 53 sièges sur 100. Trente-cinq sièges sont en jeu mardi.

Le contrôle de la Chambre haute du Congrès américain est l’un des enjeux cruciaux du scrutin de mardi.

Les Démocrates doivent s’emparer de quatre sièges pour reprendre la majorité du Sénat, ou de trois si le Démocrate Joe Biden remporte la présidentielle puisque la vice-présidente élue Kamala Harris pourrait alors, selon la Constitution, voter pour départager un vote 50-50.

L’ex-gouverneur démocrate du Colorado, John Hickenlooper a battu, dans son Etat, le sénateur républicain sortant Cory Gardner.

Mais dans l’Etat conservateur de l’Alabama, Tommy Tuberville, un ex-entraîneur de football américain, l’a peu après emporté face au sénateur démocrate Doug Jones.

En Caroline du Sud, le sénateur Lindsey Graham, un proche du président américain Donald Trump, a été réélu.

L’influent élu âgé de 65 ans a battu le candidat démocrate Jaime Harrison, qui était apparu au coude-à-coude avec lui dans les sondages ces dernières semaines.

Face à ces chiffres et au montant record levé par son rival progressiste afro-américain, de vingt ans son cadet, Lindsey Graham était un temps apparu en difficulté dans cet Etat du sud-est américain.

Un autre allié de Donald Trump, le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell, a été réélu avec un avantage confortable dans son Etat du Kentucky.

Fin stratège au visage impassible, Mitch McConnell a obtenu, sous le mandat de Donald Trump, la confirmation par le Sénat de plus de 200 juges conservateurs, dont trois magistrats à la Cour suprême. La Chambre haute a le pouvoir de confirmer les magistrats nommés par le président américain.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a salué mardi la « victoire ».

« Je suis très très fière du fait que ce soir, relativement tôt, nous ayons pu déclarer que nous avons conservé la Chambre », a-t-elle dit en conférence de presse.

Les Démocrates vont gagner entre quatre et cinq sièges supplémentaires, selon les chaînes Fox News et NBC. Ils détiennent actuellement 232 des 435 sièges.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Présidentielle américaine 2020

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs