Accueil

A Washington, le goût amer d’une ville désespérée

La foule présente dans le centre de la capitale, tout acquise à la cause du duo Biden/Harris, ne pouvait pas accepter la défaite de leurs favoris. Comme si leur vie en dépendait.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Depuis quelques jours, on sentait que quelque chose allait se passer à Washington… Il y a une semaine, les commerçants ont d’abord commencé à barricader leurs vitrines avec des panneaux en bois. Ensuite, une nouvelle rangée de grillages a été installée tout autour du périmètre de la Maison-Blanche qui est devenu un véritable camp retranché pour le président sortant.

Puis, mardi, les voitures et les bus ont disparu du centre-ville après la fermeture des rues par la police. A partir de midi, la foule a commencé à affluer sur Black Lives Matter Plaza et dans les environs de la Maison-Blanche. Une foule clairement étiquetée démocrate. Vers 15 h, un petit groupe de Proud Boys (des suprémacistes blancs) était signalé près de la gare centrale de la capitale fédérale faisant craindre des affrontements. Il n’en fut rien.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs