Accueil Monde

«Le Tibet est petit, mais ce n’est pas pour cela que nous devons souffrir»

Golog Jigme, moine tibétain rescapé des geôles chinoises, demande l’aide de l’Europe. Et plaide pour les droits de son peuple.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Avec son visage rond et son sourire tranquille, Golog Jigme a l’allure d’un homme paisible, serein. Mais ce moine bouddhiste tibétain, engagé dans la défense de la langue et de l’environnement tibétain, a été arrêté trois fois par les forces de sécurité chinoise, et torturé pendant 51 jours. Après avoir réussi à s’enfuir, il utilise sa liberté retrouvée pour plaider pour le Tibet. Il était à Bruxelles il y a quelques jours.

Pourquoi avez-vous été arrêté ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs