Marks and Spencer en perte semestrielle pour la première fois

La perte nette part du groupe du premier semestre terminé fin septembre atteint 71,6 millions de livres, contre un bénéfice part du groupe de 122,4 millions de livres sur la même période un an auparavant, d'après un communiqué mercredi.

Le groupe estime que sa performance du premier semestre est "meilleure que prévu" au regard de la fermeture de ses magasins pendant le confinement, avec un chiffre d'affaires en recul de 15,8% sur la période, à 4,09 milliards de livres, notamment à cause de faibles ventes de vêtements et d'articles pour la maison.

"Si une perte historique ne peut être ignorée, Marks and Spencer travaille pour transformer son activité et il y a de premiers signes de succès", remarque Richard Hunter, analyste chez Interactive Investor.

Le groupe est notamment en train de réduire ses coûts et table sur des économies annuelles de 115 millions de livres.

La chaîne de magasins avait annoncé en août la suppression de 7.000 emplois en raison d'une baisse de fréquentation et de l'impact de la pandémie qui fait des dégâts considérables dans les commerces au Royaume-Uni et les pousse à se réinventer.

Les résultats de la division d'habillement et décoration "ont fortement pâti du confinement face au Covid-19 au premier trimestre, des mesures de distanciation sociale qui continuent et de la priorité donnée à l'écoulement des stocks" ce qui s'est traduit par des promotions, fait valoir le groupe dans son communiqué.

Les ventes de la division ont perdu 41% sur le semestre. En revanche les ventes en ligne du groupe ont bondi de 34% avec un trafic en hausse, les consommateurs ayant accéléré la tendance croissante au Royaume-Uni aux achats en ligne pendant le confinement du printemps. M&S bénéficie notamment de son alliance avec Ocado, le groupe de commande en ligne et de livraison d'épicerie.

A la veille d'un reconfinement d'au moins quatre semaines au Royaume-Uni et des "lockdowns" en cours dans plusieurs autres pays dont la France, le groupe souligne qu'il entre dans une période de "nouvelles restrictions liées au Covid-19" ce qui va "à nouveau peser sur les ventes d'habillement et décoration, avec un déclin partiellement atténué par la hausse des ventes en ligne". Enfin, il ajoute que ses plans en vue de la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne le 1er janvier, à l'issue de la période de transition post-Brexit, "sont bien avancées", avec des investissements informatiques, un travail en amont avec les fournisseurs et la création d'un centre spécialisé dans l'exportation vers l'Irlande à Motherwell (Ecosse).

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous