Présidentielle américaine

«Chaque vote compte»: les médias américains groggy après les déclarations de Trump

«Chaque vote compte»: les médias américains groggy après les déclarations de Trump
AFP

Donald Trump a plongé mercredi les États-Unis dans l’inconnu en se déclarant vainqueur de la présidentielle au moment où le décompte se poursuivait, provoquant une contre-attaque immédiate de son adversaire Joe Biden, en position plus favorable pour l’emporter. Evoquant une « fraude » sans livrer aucun élément concret, il a réclamé de manière très confuse que « tous les votes cessent » et assuré vouloir saisir la Cour suprême.

Le spectre de longues journées d’incertitudes et d’âpres batailles judiciaires hante désormais la première puissance mondiale, déjà secouée par des crises sanitaires, économique et sociale d’ampleur. Le Washington Post a lancé un appel à la Cour suprême ne pas statuer sur une éventuelle procédure ouverte par Trump, avant de s’adresser directement aux Républicains. « Les dirigeants républicains responsables ne doivent pas encourager toute tentative de Trump visant à perturber le décompte des bulletins de vote légitimes, ou à jeter le doute sur les résultats. Il est temps pour eux de soutenir la démocratie américaine face aux menaces de Trump de la saper ».

Mais le New York Times veut faire preuve de positivisme, « malgré tout le drame, l’anxiété, l’animosité et la peur » qui entourent cette élection. « Oui, des politiciens corrompus complotent pour se débarrasser des bulletins de vote qu’ils soupçonnent d’avoir été déposés par l’autre camp. Mais des armées de citoyens ordinaires se font un devoir de veiller à ce que le plus grand nombre possible de votes soit compté. La seule chose qui maintient notre démocratie intacte est notre croyance commune en elle et notre volonté commune de nous prémunir contre les menaces ».

Le Los Angeles Times, tout comme le Wall Street Journal, insiste : « Chaque bulletin de vote légalement déposé et reçu doit être compté, et les deux partis devraient s’en assurer ». Le journal californien veut aussi se concentrer sur le positif : la participation va probablement atteindre des records. « Jamais depuis 2008, une élection présidentielle n’avait suscité autant d’énergie. Oui, il s’agit d’une énergie largement négative. Mais même si Trump a pu être mauvais pour le pays, son mandat désastreux a inspiré des millions d’Américains à s’engager dans le processus électoral ».

USA Today veut se projeter dans l’avenir et appelle le peuple américain à l’unité. « Depuis des mois, nous nous sommes installés dans un discours si féroce qu’il semble que peu de gens soient prêts à entendre ceux qui ont des idéologies différentes. (…) Les politiciens donnent l’exemple, pour le meilleur et pour le pire. Mais se rassembler après les élections n’est pas seulement une responsabilité pour les candidats gagnants et perdants. C’est une responsabilité qui nous incombe à tous ». Le quotidien rappelle que les semaines à venir seront difficiles, parce que le coronavirus ne va pas disparaître. « Nous sommes capables de faire preuve de respect et d’empathie. L’Amérique, pour la suite, nous sommes seulement aussi divisés que nous choisissons de l’être. Il ne sera pas facile de s’unir et de guérir, mais lorsque le vote final sera compté, c’est précisément ce que nous devons faire ».

Echo similaire du côté du New York Post, qui avait apporté son soutien à Donald Trump. « Les deux camps doivent rester calmes. Les partisans du président Trump doivent comprendre que Biden peut aussi gagner, à la loyale. Le fait que Trump ait dépassé les attentes ne signifie pas qu’il y a eu fraude s’il finit par perdre. L’Amérique est profondément divisée, et le restera quel que soit le vainqueur de la Maison-Blanche. Une élection serrée et un gouvernement toujours divisé sont un appel à l’humilité et au compromis ».

Même mot d’ordre au Star Tribune, qui appelle à la « patience » et au « calme ». « Il y a peu à gagner à diaboliser l’autre camp. Les résultats des élections prennent du temps à être certifiés ». Enfin, comme l’ont rappelé tous les médias, le Chicago Tribune rappelle que la victoire de Trump ou de Biden ne signifiera pas la fin du monde. « Lorsque cette élection présidentielle sera terminée, les Américains reprendront leur vie dans un pays à la fois béni et mis au défi, comme toujours ». Et de conclure : « Ce qui semble évident la plupart du temps mérite d’être souligné ici : la promesse de l’Amérique est la diversité de ses habitants et de ses points de vue. Sa force découle de ses normes démocratiques. Les drames électoraux se produisent, puis ils sont résolus. Une fois qu’un leader est choisi, qu’il s’agisse de Biden ou de Trump, l’Américain poursuit sa route. Peu importe celui qui gagne, il y aura du travail à faire ».

Présidentielle américaine: les résultats en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous