Accueil

Présidentielle américaine: comment les sondages ont-ils pu encore sous-estimer Donald Trump?

L’élection présidentielle américaine va se jouer dans un mouchoir de poche. Or, les sondages donnaient une avance nette au candidat démocrate. Le professeur David de la Croix (UCLouvain) décode cet échec des sondeurs.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Les sondages donnaient Joe Biden vainqueur, tout au moins du vote populaire, avec un écart net – et persistant – face à Donald Trump. « Ainsi, à la veille du scrutin, le sondage de la chaîne CNN présidait 52 % pour le candidat démocrate, contre 42 % pour le président sortant (1). Ce n’était pas une exception, au contraire. D’autres instituts de sondage publiaient des pourcentages comparables, avec également un avantage d’une dizaine de points en faveur de Joe Biden. On était ainsi en dehors de la marge d’erreur. Quel que soit le résultat final, les sondeurs se sont donc trompés. Même si Joe Biden devait l’emporter au vote populaire, son avance serait beaucoup plus courte », explique le professeur David de La Croix, qui enseigne l’économie à l’UCLouvain, où il est membre du Lidam, un institut de recherche pluridisciplinaire de 200 chercheurs en économie, en finance, en géographie et en statistiques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, jeudi 5 novembre 2020, 17:08

    Les sondeurs tiennent-ils assez compte du découpage des Etats en sous-ensembles à gagner également de façon quasi-individuelle, territoire par territoire?

  • Posté par Georges Béatrice, mercredi 4 novembre 2020, 21:30

    Que ce soit les méthodes de sondage de CNN ou Polly vote ou d’autres, elles donnent de piètres résultats, quand bien même l’électeur occasionnel .soit difficile à cerner. Je pensais , à tort, que ces instituts avaient retenu la leçon de 2016 et modifié leurs approches méthodologiques de fond en comble...

  • Posté par Georges Béatrice, mercredi 4 novembre 2020, 21:30

    Que ce soit les méthodes de sondage de CNN ou Polly vote ou d’autres, elles donnent de piètres résultats, quand bien même l’électeur occasionnel .soit difficile à cerner. Je pensais , à tort, que ces instituts avaient retenu la leçon de 2016 et modifié leurs approches méthodologiques de fond en comble...

  • Posté par D G, mercredi 4 novembre 2020, 19:57

    La règle du "winner-takes-all" peut avantager celui qui cible sa campagne. Si la campagne est bien ciblée dans certains endroits pouvant abriter une masse de personnes ne votant en général pas, ça peut tout faire changer. Le système du collège électoral a du bon dans le sens où il permet aux États peuplés d'être mieux représentés. Par contre, la règle du "winner-takes-all" devrait être supprimée pour mieux représenter le vote populaire.

  • Posté par De Kezel Raoul, mercredi 4 novembre 2020, 18:38

    Participent. Merci.

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs