Présidentielle américaine

Élections américaines: pourquoi le dépouillement tardif est-il favorable à Joe Biden?

Plus enclins à voter par correspondance en général, les électeurs démocrates ont permis à Joe Biden de rattraper son retard dans plusieurs Etats clés.
Plus enclins à voter par correspondance en général, les électeurs démocrates ont permis à Joe Biden de rattraper son retard dans plusieurs Etats clés. - Photo News

Alors que les résultats se font toujours attendre, les dynamiques dans certains États se sont inversées. Une « tentative de détournement » comme l’a affirmé Donald Trump ? Plutôt un long processus de dépouillement, qui peut s’étirer jusqu’à vendredi 6 novembre dans certains États, impliquant deux manières de voter, aux urnes ou par correspondance, chacune correspondant aux deux grandes tendances politiques.

En effet, alors que les Démocrates ont prôné un vote anticipé massif, respectant les mesures sanitaires, les Républicains, eux, ont incité leurs supporters à éviter le vote par correspondance, soupçonné de favoriser la fraude, pour se rendre en masse au bureau de vote le jour même de l’élection.

Présidentielle américaine: les résultats en direct

Selon un récent sondage NBC News/Wall Street Journal, 30 % des électeurs inscrits ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter par correspondance, et 43 % ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter en personne le jour du scrutin. Mais parmi les partisans de Trump, seuls 11 % ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter par correspondance, et 66 % ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter en personne le jour du scrutin. Parmi les partisans de Joe Biden, 47 % ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter par correspondance, tandis que 26 % seulement ont déclaré qu’ils prévoyaient de voter en personne le jour du scrutin.

Autrement dit, les votes exprimés le jour du scrutin pencheraient en faveur de Trump, et les votes exprimés par courrier, dépouillés plus tardivement, pencheraient fortement en faveur de Biden. Et le vote par correspondance, en ces temps de pandémie, a pris une ampleur sans précédent aux USA (plus de 70 millions de citoyens y ont eu recours, contre 47 millions en 2016).

Dès lors, les premiers résultats en sortie des urnes ont donné un avantage net à Trump. C’est ce qui s’est produit dans les États décisifs de la région des Grands Lacs.

Et puis, la balance a commencé à s’inverser, et les dépouillements tardifs ont été favorables au Démocrate Joe Biden. En Géorgie, en Pennsylvanie, les autorités locales ont par ailleurs décidé d’interrompre le dépouillement pour la nuit. Jeudi, Joe Biden a remporté une deuxième victoire majeure, dans le Wisconsin cette fois, conduisant la campagne Trump à exiger un recomptage.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le président sortant a dénoncé une « tentative de détournement de l’élection par un groupe de gens tristes » et martelait sans fondement que « l’élection est terminée lorsque les bureaux de vote ont fermé », alors que la loi électorale américaine donne jusqu’au 8 décembre pour finaliser le dépouillement intégral des bulletins.

Mais selon la mission d’observation dépêchée aux États-Unis par l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe), « les allégations de certains contestant les résultats ne sont pas fondées. » Il n’en reste pas moins qu’à l’heure d’écrire ses lignes, l’élection continue d’être extrêmement serrée entre les deux candidats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous