Accueil Société

Carnet de l’urgentiste: «Sans les transferts, on aurait été complètement dépassés»

Chaque jour, dans « Le Soir », un membre du corps médical revient sur sa journée de lutte contre le coronavirus. Alexandre Ghuysen, chef de service associé aux Urgences du CHU de Liège, raconte.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

On a le sentiment d’avoir trouvé le bon braquet. Certes, il y a toujours énormément de travail, mais il se déroule désormais dans des conditions optimalisées. L’appréhension est passée, on fonctionne de façon de plus en plus professionnelle et structurée. Cela a nécessité un changement complet dans l’organisation de nos salles et de nos services. On a ouvert un middle-care aux urgences (des lits de soins intermédiaires pour des patients à qui on veut éviter les soins intensifs, NDLR). Et tout cela marche aujourd’hui plutôt pas mal. On a moins l’impression de boire la tasse en permanence. Et on ne commence plus nos journées en décomptant les lits disponibles aux soins intensifs, par exemple, ou le nombre de places qu’il reste sous respirateur. Ce qui génère ce sentiment de travailler dans des conditions plus sécurisantes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 6 novembre 2020, 2:00

    Bravo les soignants: vous faites preuve de créativité pour pallier aux incuries chroniques de nos dirigeants incompétents et irresponsables. Tenez bon, le peuple est avec vous.

  • Posté par Coppens Jean-pierre , jeudi 5 novembre 2020, 23:25

    @Albin S Carré. Votre commentaire est exécrable. Vous devriez avoir le plus grand respect pour le personnel soignant qui a fait face à l’afflux de patients en salle d’urgence. Dans cet interview, le Dr. Ghuysen explique clairement comment cet afflux a été géré. En transférant des patients, grâce à la solidarité d’autres hôpitaux. Je ne perçois aucun geignement. Seulement dans votre esprit malade. Et cela ne m’étonne pas si votre neuropsychiatre vous demande dès supplément d’honoraires.

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 6 novembre 2020, 11:52

    Bien dit.

  • Posté par Albin S. Carré, jeudi 5 novembre 2020, 22:09

    Quand je paie des suppléments d'honoraires mirobolants pour du vent, je ne geins pas, qu'ils bossent au lieu de geindre!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs