La Hongrie et la Pologne bloquent le budget européen

belgaimage-122549257-full
 
d-20200201-3YM2EU 2020-02-01 09:46:39
Le roi Philippe et Koen Geens
Koen Geens est chargé par le Roi de former une coalition.
Elio Di Rupo
POLITICS REGIONS MEETING JEHOLET VERVOORT (2)
d-20191226-3XZV2L 2019-12-26 17:05:03
Didier Reynders
Pour la FGTB, c’est «
oui, mais
».
d-20171112-3HY4VE 2017-11-12 22:13:02
Pour Georges-Louis Bouchez, il n’y a pas une impossibilité à s’entendre entre francophones et Flamands.
Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.
PHOTONEWS_10840546-031.JPG
Paul Magnette, informateur royal, a notamment eu des entretiens avec Pierre Moscovici, Commissaire européen aux Affaires économiques, puis avec Paolo Gentiloni, auquel le premier cède le témoin dans l’exécutif de l’Union.
Tom Van Grieken réélu président du Vlaams Belang avec 97,4% des voix
À l’écouter parler alors que les pâturages franco-belges défilent dans son dos, on se dit que Sophie Wilmès a l’air de prendre goût à son intérim au Seize.
belgaimage-157979103-full
Le choix de la rédaction
  1. Bénédicte Linard: «Dans ce plan, il n’y a plus de proposition de tenir un festival de 70.000 personnes au mois de juillet...»

    Déconfinement: nouvelle déception en vue pour la culture? La ministre Linard se dit «inquiète»

  2. Le cabinet de l’eurodéputée Ecolo Saskia Bricmont a reçu des dizaines de milliers de mails enjoignant à l’élue de rejeter la proposition de certificat vert européen.

    Coronavirus: tirs croisés sur le certificat vert européen pour voyager

  3. A l’instar de Christian Benteke, les Diables rouges sont scrutés comme personne sur les réseaux sociaux. Où on leur recommande la prudence.

    Sportifs et réseaux sociaux: pourquoi tant de haine?

La chronique
  • Et sinon, à part ça?

    C’est le voisin, la collègue, la famille, le dentiste, les copains, c’est tous ceux qu’on croise, tous ceux qu’on appelle. On démarre tranquillement sur le soleil, le boulot, les enfants, comme on l’a toujours fait, et voilà qu’irrévocablement, irrémédiablement, il se pointe : le coronavirus. Comme un gros malpoli qu’il est, sans prévenir, sans qu’on l’ait invité.

    Tous les dialogues se ressemblent désormais : « Oui, je fais des pompes et des abdos, histoire de garder la forme (appareillage tout en douceur, la mer est calme). Quoi ? Non, c’est pas les muscles, je me frotte le bras parce que j’ai un peu mal, je me suis fait vacciner hier (paf, l’iceberg !). C’est fou, avec Patrick, on s’est inscrits le même jour et lui, on l’a envoyé à Ronquières et moi, à Tubize. Lui Astra et moi Pfizer ! Quel bordel, tu y comprends quelque chose, toi (glou glou glou) ? »

    Avec ses variants : (anglais) « Sorry, sweetie, I didn’t call you back : I got it ! » (et autres) « ...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite