Présidentielle américaine: Trump s’enfonce dans le mensonge, Biden se rapproche de la victoire

FILES-COMBO-US-VOTE
AFP

Election Day, ca continue ! Le suspense restait total, vendredi, quant à l’issue du scrutin, qui de Joe Biden ou de Donald Trump serait le prochain président américain. Dans plusieurs États, dont certains sont susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre, les résultats définitifs étaient encore inconnus vendredi matin.

Joe Biden est en tête au Nevada et en Arizona et menace de reprendre l’avantage du président Trump en Pennsylvanie et en Géorgie.

Les États-Unis, qui attendaient de connaître le nom du président qui prêtera serment le 20 janvier, ont les yeux rivés sur la Pennsylvanie, qui pourrait mettre fin au suspense. Si l’ancien vice-président de Barack Obama remporte cet Etat industriel, il deviendra le 46e président américain.

L’avance initiale de Donald Trump au soir de l’élection dans cet État a fondu au fur et à mesure que les bulletins envoyés par courrier – à 80 % en faveur de Joe Biden – étaient comptés.

Toute la journée, les responsables locaux de Géorgie, Pennsylvanie, Arizona et Nevada ont communiqué des statistiques sur les bulletins restant à compter, faisant fluctuer l’heure ou le jour où ils auront achevé les dépouillements des bulletins envoyés par la poste.

En Géorgie, l’écart s’est resserré et les deux candidats sont désormais dans un mouchoir de poche.

Présidentielle américaine: les résultats en direct

« Fraude »

Le président américain Donald Trump a crié jeudi à la fraude, sans la moindre preuve, réaffirmant être vainqueur de la présidentielle en décalage avec les résultats de plus en plus favorables à son adversaire démocrate Joe Biden.

« Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement. Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de nous voler l’élection », a-t-il lancé depuis la salle de presse de la Maison Blanche, dans une tirade souvent confuse, truffée d’approximations et de contre-vérités sur le décompte en cours.

Plus de deux jours après l’élection, le 45e président apparaît isolé au sein de son propre parti dans sa croisade contre un « vol » du scrutin dont il serait la victime. « Nous n’avons entendu parler d’aucune preuve », a réagi sur ABC Chris Christie, ancien gouverneur du New Jersey et allié du président, mettant en garde contre le risque d’attiser les tensions sans éléments tangibles.

M. Trump a cependant reçu le soutien de deux sénateurs républicains, Lindsey Graham et Ted Cruz. « Je peux vous dire que le président est en colère et je suis en colère, et les électeurs devraient être en colère », a déclaré ce dernier sur Fox News.

Peu après cette allocution, Joe Biden a une nouvelle fois appelé au calme et à la patience. « Personne ne nous prendra notre démocratie. Ni aujourd’hui, ni jamais », a-t-il tweeté.

Quelques heures plus tôt, le candidat démocrate s’était dit certain, dans une allocution à la tonalité présidentielle, de sa victoire imminente.

« Je demande à tout le monde de rester calme. Le processus fonctionne, le décompte s’achève et nous saurons très bientôt », a-t-il déclaré depuis le Delaware. « Nous n’avons aucun doute sur le fait que lorsque le dépouillement sera terminé (…) nous serons déclarés vainqueurs ».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous