angelina
RTS26RZB
RTX74JBZ
Loup Bureau avec les combattants kurdes syriens.
«
Pour moi, le numérique va dans la direction opposée de celle voulue par ses pionniers.
»
John Le Carré.
Le professeur Menasché.
RTX75I00
kobe2
Un territoire désertique comme Dubaï est obligé d’importer du sable pour créer des îles artificielles ou construire ses gratte-ciel.
Après avoir autorisé les policiers à déchiffrer ses tatouages, l’Américain Bryon Widner a subi un traitement au laser et a dit adieu à sa vision du monde. Des militants noirs l’ont aidé dans sa démarche.
«
Dieu est un mot presque universel. Il évoque à chacun des choses très différentes.
»
Renée Zellweger sous les traits de Judy Garland.
En 1851, à l’occasion de la première Exposition Universelle, Thomas Cook organise un voyage à Londres et attire 150.000 clients.
RTSAU45
A contre-jour, le visage de Stallone ressemble à une ombre noire sans contour, à un poing parlant dans la nuit.
Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite