Accueil Opinions Cartes blanches

«Revenir aux fondamentaux de la santé Publique»

Dans une carte blanche, Elisabeth Paul et Jean-Louis Lamboray proposent que les autorités adoptent une approche plus ciblée et posent le cadre d’un pacte social

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Comment « vivre avec » la pandémie de Covid-19 sur le long terme ? Quelle stratégie adopter pour éviter de « jouer à l’accordéon » indéfiniment, avec un nouveau confinement à chaque nouvelle vague qui menacerait de dépasser les capacités des services de santé ?

Nous proposons qu’à l’instar de ce qui se fait pour d’autres pandémies, les autorités adoptent une approche plus ciblée et posent le cadre d’un pacte social approprié et mené à bien par les citoyens. Plutôt que de nourrir l’illusion du combat contre un virus, il s’agit de donner la priorité au maintien de la santé et à la protection rigoureuse des populations vulnérables, et d’éviter ainsi d’imposer au reste de la population des mesures aux effets directs modestes mais aux conséquences sociales, sanitaires et économiques considérables.

Cette proposition est rationnelle, équitable et durable :

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par BYL Baudouin, lundi 9 novembre 2020, 18:13

    pas mal de fantasmes dans ce document: 1/ il est tres theorique de croire qu'il est facile de protéger les personnes vulnérables sur base de leur identification préalable! N'oubliez pas que la majorité des patients qui occupent les lits de soins intensifs (maillon le plus fragile de la reponse médicale à la pandémie) ne sont pas les grands vieillards que certains croient mais des patients dont la réponse à l'infection est inadéquate , et ce souvent de façon totalement imprévisible (outre les facteurs connus mais hyperfréquent tels que HTA, ..) donc plus theorique que réaliste et opérationnel 2/ "lancer un débat national" : bon ben pendant ce temps là on dit quoi au virus? de nous laisser tranquilles 1 an ou 2, le temps qu'on réfléchisse? Faut redescendre sur terre les amis! Dans une telle crise, hélas, il faut accepter de réagir vite...et sans maitriser tous les paramètres. On n'est pas dans un modèle labo 3/ pfff les conflits d'intérets des experts .... l'argument populiste par essence. Une partie des signataires de cette carte blanche connaissent très bien , comme moi, ces experts . Et je les défie , ces signataires, de mettre ces experts en difficulté au nom d'un conflit d'intéret. Très décevant cette prose .... on croirait lire du Trump

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs