Coronavirus - Les mesures rencontrent la majorité des attentes de l'UCM mais "tout n'est pas réglé"

Prolongation du chômage temporaire pour force majeure, exonération des cotisations patronales au troisième trimestre, intervention dans les primes de fin d'année... Le soutien annoncé par le gouvernement ravit les employeurs.

L'UCM salue également les "améliorations apportées au droit passerelle" pour les indépendants, "doublé pour tous ceux qui ne peuvent travailler, même s'ils pratiquent la vente à emporter". L'Union se réjouit que la constitution des droits à la pension ne sera pas interrompue. "Pour la première fois se dessine la perspective d'un droit passerelle prolongé en 2021, ce qui sera nécessaire", poursuit l'organisation patronale.

L'UCM estime que la prolongation des facilités de remboursement des crédits l'an prochain, négociée avec les banques, "devra concerner aussi les indépendants et les prêts professionnels". L'Union plaide par ailleurs pour que la réduction de TVA à 6% dans l'horeca soit prolongée.

L'organisation de classes moyennes demande enfin "un moratoire sur les faillites, jusqu'en juin prochain" alors que les charges fixes "menacent la survie d'entreprises rentables", plaidant pour qu'une "solution structurelle" soit trouvée pour les loyers commerciaux.

Pour ne laisser "personne au bord du chemin", comme l'avait promis le Premier ministre Alexander De Croo le 30 octobre, il faudra que "les bonnes mesures du jour" soient "complétées", conclut l'UCM.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous