Contrecoup post-estival pour le marché immobilier

Derrière la tendance nationale se cachent néanmoins d'importantes disparités régionales. Le nombre de transactions immobilières a reculé de 3,9% à Bruxelles, 6,5% en Wallonie et 24,8% en Flandre.

"Pourquoi une telle diminution de l'activité en Flandre? Cela s'explique assez facilement. Le mois d'octobre 2019 avait été exceptionnel. Pour rappel, le gouvernement flamand avait annoncé la fin du woonbonus, un avantage fiscal important, pour le 31 décembre 2019 et les candidats-acquéreurs s'étaient pressés en très grand nombre sur le marché immobilier pour pouvoir encore bénéficier de cet avantage", analyse Renaud Grégoire, porte-parole de notaire.be. "En Wallonie et à Bruxelles, après des mois d'été très chargés, on constate une accalmie sur le marché."

Depuis le début de l'année, soit entre le 1er janvier et le 31 octobre, le nombre de transactions immobilières a diminué de 5,8% en 2020 en Belgique par rapport à la même période de 2019. C'est en Flandre que la baisse est la plus forte (-8%), suivie par Bruxelles (-6,6%) et la Wallonie (-1,2%).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous