Coronavirus: face à la recrudescence du virus, les pays d’Europe se referment

Coronavirus: face à la recrudescence du virus, les pays d’Europe se referment

Calme inhabituel dans les rues de Grèce à nouveau confinée, cinémas et théâtres fermés en Pologne : les restrictions se multiplient en Europe face à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 qui continue de battre des records de contaminations aux Etats-Unis.

La Grèce s’est réveillée comme engourdie dans un deuxième confinement, comme avant elle la France, l’Angleterre, l’Irlande et des régions d’Italie. La principale rue commerçante d’Athènes, très fréquentée la veille, était déserte, les employés municipaux désinfectant les places vides.

Pour chaque sortie, les Grecs doivent obtenir un feu vert des autorités, par SMS. Des barrages routiers vérifient les permis spéciaux nécessaires pour se déplacer. L’amende pour ceux qui ne portent pas le masque a doublé, à 300 euros.

Le confinement, qui épargne supermarchés, épiceries, stations-service, pressings et animaleries mais aussi crèches et écoles primaires, devrait durer trois semaines.

Avant cette mise à l’arrêt, plus de 70.000 voitures ont quitté la capitale vendredi dans les embouteillages, selon la police.

300.000 morts en Europe

Selon un comptage effectué par l’AFP à partir de sources officielles, la pandémie a fait plus de 300.000 morts sur le continent européen, pour plus de douze millions d’infections. C’est la deuxième zone du monde la plus endeuillée, derrière l’Amérique latine et les Caraïbes (plus de 410.000 décès).

Pologne

De nouvelles restrictions sont entrées en vigueur samedi en Pologne, qui a enregistré un demi-million de cas : cinémas, théâtres, institutions culturelles sont fermés. Dans les centres commerciaux, seuls les magasins jugés essentiels sont ouverts. Les élèves du primaire vont passer lundi comme les autres élèves à l’enseignement à distance.

« Nous sommes fatigués par le Covid, par les restrictions de plus en plus strictes », déplore Anna Piotrowska, architecte de 35 ans. « Les décisions du gouvernement sont un peu chaotiques, on ne sait pas à quoi s’attendre et puis il y a de plus en plus de gens malades et morts ».

Les confinements décrétés à travers l’Europe pour juguler cette nouvelle vague, s’ils sont moins stricts qu’au printemps, sont aussi moins bien acceptés.

Allemagne, Italie…

En Allemagne, des milliers d’opposants au port du masque et aux nouvelles mesures de restrictions doivent se rassembler en milieu de journée à Leipzig, en ex-RDA. La police a prévu un important dispositif par crainte d’éventuels débordements, des contre-manifestants ayant également prévu de se mobiliser.

Vendredi, c’était l’Italie qui avait confiné 16 millions d’habitants des quatre régions les plus gravement touchées par l’épidémie. L’ensemble de la péninsule est sous couvre-feu entre 22H00 et 5H00.

Pour aider les familles et secteurs touchés, le gouvernement a décidé dans la nuit de vendredi à samedi de débloquer des mesures financières : bonus baby-sitter, fonds de soutien pour les magasins…

Sur le plan scientifique, des inquiétudes sont nées après la découverte chez douze personnes au Danemark d’une version mutante du SARS-Cov-2 transmissible à l’homme, issue d’élevages de vison. Par précaution le Royaume-Uni a annoncé samedi fermer ses frontières aux voyageurs de ce pays.

La mutation d’un virus est banale et souvent anodine, selon la communauté scientifique. Mais dans le cas de cette souche, appelée « Cluster 5 », elle implique, d’après les premières études, une moindre efficacité des anticorps humains, ce qui menace la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19.

Six pays, le Danemark, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède, l’Italie et les Etats-Unis, ont rapporté à l’OMS des cas de Covid-19 dans des élevages de visons. Tous les visons élevés au Danemark, soit 15 à 17 millions d’animaux, vont être abattus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous