Accueil Opinions Chroniques

«Détours wallons»: Des villes et des champs

La Wallonie est dans l’attente d’un vaste plan en faveur des villes. Mais le coronavirus est passé par là : les villes moyennes et les campagnes ne doivent pas être oubliées.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

En écho à la crise sanitaire et à ses conséquences que sont le confinement, le télétravail et le besoin d’un « monde d’après », nos confrères français de L’Obs ont produit un long dossier sur un phénomène que le coronavirus accentue : beaucoup d’habitants quittent Paris pour les grandes villes de province et parfois les grandes villes de province pour des villes moyennes. On s’installe à Chartres, Orléans ou Reims au détriment de la capitale, mais on renonce aussi à Nantes au profit de La Rochelle ou de Saint-Nazaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bollinne Philippe, mardi 10 novembre 2020, 15:16

    Après lecture de cet article, je ne suis pas rassuré. Paris, nombril de la "France qui compte", est-il un exemple pertinent ? Suffit-il de le mettre à l'échelle belge pour parler de Bruxelles, Charleroi, Liège et j'en passe. Ma question est simple : combien de terres utiles vont-elles encore être sacrifiées aux délires des urbanisés - les habitants de ces lieux artificiels que sont les centre urbains ? Le monde rural a besoin de moyens financiers pour développer ses projets. Il n'a pas besoin de nouveaux lotissements servant à désengorger les villes de leurs riches habitants anxieux.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs