La prochaine édition du salon Batibouw sera virtuelle

La prochaine édition du salon Batibouw sera virtuelle
Photo News

La prochaine édition du salon de la construction et rénovation Batibouw, qui aura lieu de fin février à début mars 2021, sera organisée de manière virtuelle en raison de la crise sanitaire, ont indiqué mardi les organisateurs.

« Malgré le fait que le protocole sanitaire mis en place conjointement par Brussels expo et Fisa, la société organisatrice de Batibouw, garantit une sécurité optimale aux exposants et visiteurs du salon, le contexte légal actuel rend impossible de tenir un salon, en particulier de la taille de celui de Batibouw, sur le mode ’présentiel’», ont précisé les organisateurs.

Le salon sera organisé via une plate-forme digitale « très originale et intuitive qui devrait plaire aux ’visiteurs’. Cette plate-forme aura vocation, au-delà de 2021, à compléter l’univers du salon », assure Frédéric François, directeur général de Fisa.

Cette dernière annonce par ailleurs que les salons professionnels Installpro (dédié aux installateurs HVAC, sanitaire et électricité) et Probuild (dédié au gros œuvre, à la toiture et aux châssis et fenêtres) seront organisés de manière autonome à la fin du premier semestre 2021, à des dates encore à préciser. Ils seront complétés par un nouveau salon dénommé « PROJECT », « dédié au secteur tertiaire qui se concentre principalement sur les projets non-résidentiels de grande envergure et dont les cibles sont les architectes et prescripteurs ».

Début octobre, la société organisatrice Fisa avait annoncé que Batibouw, prévu du 27 février au 7 mars 2021 à Brussels Expo, serait bien maintenu mais l’évolution de la situation sanitaire en a donc décidé autrement.

Avant cela, les organisateurs du Salon de l’auto avaient déjà annoncé que l’événement, prévu en janvier prochain à Brussels Expo, n’aura finalement pas lieu en 2021.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. B9725012694Z.1_20201022085834_000+G75GU044U.1-0

    Coronavirus: politiquement, l’heure d’un premier assouplissement est venue

  2. Une fuite de documents internes révélait l’espionnage de certains groupes privés de travailleurs américains constitués sur Facebook, afin de déceler «d’éventuelles futures grèves ou manifestations».

    Amazon, le géant qui craignait les syndicalistes

  3. Eng1202011270722

    Coronavirus: les politiques prêts à assouplir le confinement, contre l'avis des experts

La chronique
  • La chronique «Je dirais même plus»: Des vertes et des pas mûres

    Il était sans doute naïf le ministre Alain Maron, l’autre soir qui croyait frapper un beau coup en annonçant que la Région bruxelloise allait acheter des terres agricoles sur le territoire des deux autres régions voisines, pour y installer de braves agriculteurs bio qui apporteraient tous les dimanches leurs beaux produits sur le marché de Boitsfort.

    Mais cette proposition, qui lui a valu beaucoup de quolibets, est peut-être moins incongrue qu’il n’y paraît.

    D’abord, le Ministre sera à coup sûr plus efficace dans la culture du quinoa que dans le sauvetage des maisons de repos. Pourquoi pas d’ailleurs faire d’une pierre deux coups et envoyer les survivants de ces mouroirs dans les nouveaux kolkhozes de Maron ? Bon air, nourriture saine, que du bonheur.

    Autre avantage de l’opération : elle permet d’augmenter sournoisement le territoire de la Région. En poussant la logique jusqu’au bout, si Bruxelles rachète peu à peu toutes les terres de Wallonie et de Flandre, c’en sera fini de cette...

    Lire la suite

  • Le temps n’est pas aux disputes de chiffonniers ou communautaires

    Relâcher la bride ou pas ? Ce vendredi, le Comité de concertation va devoir prendre des décisions délicates. Le grand défi pour le Premier ministre, les ministres-présidents et ministres concernés sera de le faire avant tout avec le sentiment qu’ils partagent les mêmes préoccupations fondamentales et la même compréhension de la difficulté. De mener une discussion d’adultes et pas de chiffonniers. De ne pas venir à la table avec chacun ses « clients » – moi les commerçants, toi les médecins, moi les pédicures, toi les...

    Lire la suite