Batibouw 2021 sera virtuel: à quoi ressemblera le salon?

Les palais de Brussels Expo resteront désespérément vides en février-mars prochains. Pour la première fois en plus de 60 ans d’existence, Batibouw n’aura pas lieu. © Photo News.
Les palais de Brussels Expo resteront désespérément vides en février-mars prochains. Pour la première fois en plus de 60 ans d’existence, Batibouw n’aura pas lieu. © Photo News.

C’est une décision difficile mais elle était devenue inéluctable et ce, même si toutes les mesures de sécurité étaient en passe d’être prises : le salon Batibouw n’aura pas lieu pour les particuliers comme c’était prévu du 27 février au 7 mars prochains. L’organisateur Fisa a été contraint d’adopter cette mesure extrême à la suite d’un nombre toujours plus élevé de défections enregistrées parmi les exposants désireux de ne prendre aucun risque pour leur personnel dans la crise sanitaire actuelle.

En lieu et place de ce qui devait être, comme chaque année, le grand rendez-vous de la construction et de la rénovation, Fisa a décidé de mettre sur pied un salon entièrement virtuel. Il aura lieu durant tout le mois de mars. « Comme pour le salon physique, les particuliers désireux de nous rejoindre pour une visite guidée du salon devront s’inscrire », précise à ce sujet Frédéric François, le directeur des salons auprès de Fisa. « Notre but ne sera pas de proposer des copies de stands mais bien de mettre sur pied une plateforme qui soit la plus interactive possible. Nous allons prendre le client par la main et le guider pour répondre au mieux aux questions qu’il se pose en matière de construction, de rénovation ou d’aménagement intérieur. Nous chercherons ensemble des solutions à leurs problèmes. »

Pour l’heure, Frédéric François l’assure : près de 150 exposants lui ont donné le feu vert pour l’accompagner dans cette version inédite d’une manifestation qui n’a jamais connu d’annulation ou de déplacement de dates depuis sa création il y a plus de 60 ans. « L’annulation du salon physique est en effet une grande première et j’espère aussi… une grande unique », sourit malgré tout Frédéric François. « Après l’annulation de Cocoon, du salon de l’Alimentation et du salon des Vacances, l’année 2020-2021 sera une année de pertes conséquentes pour Fisa. Et même si les exposants devront payer pour nous rejoindre virtuellement, cela ne comblera que de manière très anecdotique le manque à gagner financier. »

Pour les professionnels, Fisa a toutefois décidé de maintenir les trois mini-salons qui étaient prévus : Install Pro (installateurs), Pro Build (gros œuvre) et Project (architectes et prescripteurs). Ils seront toutefois déplacés au début du mois de juin, les dates précises, la durée et l’organisation devant encore être arrêtées.

Une (petite) consolation qui n’enlève rien à l’énorme sentiment d’impuissance que ressentent aujourd’hui les organisateurs d’une machine de guerre comme Batibouw. « Malgré toutes les mesures que nous avons mises en place pour lutter contre la propagation du virus et rendre notre salon le plus sûr possible, nous avons constaté que le marché ne nous suivait pas, surtout depuis l’annonce du re-confinement décidé il y a peu par le gouvernement. Et même si les salons ne sont interdits aux dernières nouvelles que jusqu’au 13 décembre, tout porte à penser qu’il n’y aura pas de mesures d’assouplissement par la suite. C’est évidemment une douche froide mais nous n’avions pas d’autre choix que de suivre le souhait de nos exposants. »

Cette année, Batibouw a accueilli 187.000 visiteurs, un chiffre nettement en deçà des prévisions mais les organisateurs n’avaient pas fait la fine bouche : l’événement avait été terminé juste avant le lockdown décrété en mars. Le dernier week-end, traditionnellement fort chargé en matière d’affluence, s’était révélé un échec, beaucoup de gens avaient préféré rester chez eux histoire d’éviter tout contact avec autrui et donc tout risque d’infection.

Pour l’heure, Fisa déclare qu’il aura recours au chômage temporaire pour les 25 employés qui s’occupent de l’organisation des salons. « Mais nous ne recourrons à cette mesure que pendant peu de temps car nous allons devoir très vite nous remettre en branle pour organiser les salons BtoB de juin. Nous avons aussi des salons prévus en octobre et novembre 2021, sans oublier, bien sûr, Batibouw 2022 », conclut Frédéric François.

Par les temps qui courent, voir loin ne peut pas faire de mal…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-135472874-full

    Vifs débats en vue pour le projet de taxe kilométrique bruxelloise

  2. Les premiers vaccins qui devraient arriver sur le marché belge sont ceux de Pfizer.

    Coronavirus: une stratégie de vaccination «bien pensée» qui vise à protéger les plus vulnérables

  3. Julie Huon.

    Les 100 chroniques les plus touchantes de Julie Huon publiées dans un recueil

La chronique
  • La chronique «déjà vu»: De la viralité des «grands complots»

    Comment le covid a-t-il pu se transmettre à l’espèce humaine ? Onze mois après son identification, si les scientifiques ont mis en évidence qu’il possédait à la fois des gènes de coronavirus de chauve-souris et de pangolin, ils n’ont, à ce jour, toujours pas de réponse définitive à cette question.

    Nous avons tous besoin de comprendre. Malheureusement, le temps de la recherche n’est pas celui des réseaux sociaux. Et sur la toile, une thèse fait florès : il s’agirait d’un agent étiologique fabriqué en laboratoire par le gouvernement chinois, d’où il se serait échappé – accidentellement ou intentionnellement, les deux versions circulent.

    Peut-être. Aucune hypothèse n’est à rejeter a priori. Le problème, c’est que, selon une étude du Annenberg Public Policy Center de l’Université de Pennsylvanie, relayée récemment sur le site du Time, 37 % des Américains s’en disent convaincus… Dans ce contexte, les révélations publiées mardi par The Wall Street Journal et CNN, selon lesquelles les autorités de la province...

    Lire la suite

  • Dompter les doutes autour de la vaccination, une périlleuse mission

    C’est une nouvelle petite dose d’espoir qu’ont administrée les autorités sanitaires et politiques à la population belge en détaillant jeudi les grandes lignes de leur plan de vaccination. On peut enfin écrire qu’un horizon se dessine vers un retour à la normalité, même si cela prendra encore des mois voire peut-être beaucoup plus, aucun vaccin n’étant encore officiellement validé par les autorités européennes de contrôle. Mais si tout se passe comme prévu, quatre millions de Belges au minimum devraient avoir été vaccinés d’ici l’été. Nos...

    Lire la suite