Le gouvernement ne réduira pas les participations dans Proximus et Bpost (De Sutter)

Dans sa note de politique générale, la ministre souligne l'importance de ces participations. Interrogée quant à savoir si cela signifiait que le gouvernement ne toucherait pas à celles-ci au cours de la législature, une porte-parole de la ministre a confirmé qu'il n'en serait rien.

Le gouvernement Michel avait toutefois ouvert la porte, via un changement législatif, à un désengagement de l'État sous le seuil de 50% au capital de Proximus et Bpost.

L'année dernière, le prédécesseur de Petra De Sutter, le libéral flamand Philippe De Backer, avait plaidé pour une réduction de la part de l'État belge au capital de Proximus, estimant qu'"un gouvernement dirige un pays, pas des entreprises".

Les participations de l'État dans Proximus et Bpost n'en sont pas moins des sources de dividendes, à hauteur, en temps normal, de plusieurs centaines de millions d'euros par an.

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous