Panne chez Euronext: cela ne se "reproduira plus", assure le patron

"Les choses qui se sont produites le 19 octobre ne se reproduiront plus", a promis Stéphane Boujnah, interrogé dans l'émission Ecorama de Boursorama, précisant "avoir passé énormément de temps avec nos clients depuis quelques semaines".

Depuis cet "incident très sérieux", "tout marche très bien y compris hier, où les volumes ont dépassé pour nous les 18 milliards de transactions" sur l'ensemble des places gérées par l'entreprise, lors de l'envolée des Bourses mondiales lundi après l'annonce d'un candidat-vaccin dontre le Covid-19, a souligné le directeur général d'Euronext.

Ce qui n'a pas été le cas partout ailleurs, souligne M. Boujnah, relevant de "grosses difficultés, notamment aux Etats-Unis", où des gérants d'actifs ont fait face à "des problèmes techniques".

Les déboires techniques d'Euronext, qui étaient survenus un lundi, sont "liées à des changements effectués le week-end" par des informaticiens, a expliqué le patron.

Ils ont eu pour origine une "défaillance d'un 'middleware' fourni par un tiers, qui sert à stocker et distribuer les informations en aval de notre système de négociation."

"La difficulté particulière de cet incident, c'est qu'il a fallu réconcilier des données qui étaient incohérentes entre celles qui apparaissaient chez nos clients, le fournisseur de service de compensation et chez nous", a détaillé M. Boujnah.

Ce jour-là, après avoir subi une panne d'environ trois heures en matinée, l'opérateur boursier a vu les échanges se prolonger bien au-delà de l'heure habituelle de clôture et a finalement annulé tous ceux intervenus après 17H30.

Les places de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne et Dublin, toutes gérées par Euronext, avaient été affectées.

M. Boujnah a estimé cependant qu'il fallait aller à "une étape plus loin". Une fois le problème technique résolu, "ce qui est important, c'est de modifier tout l'environnement en termes d'organisation, de process, de personnes impliquées, de culture de la paranoïa qu'il faut développer un peu plus encore dans des systèmes importants dont nous avons la responsabilité", a-t-il dit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous