La KUL espère pouvoir lancer les essais cliniques de son propre vaccin au printemps

La KUL espère pouvoir lancer les essais cliniques de son propre vaccin au printemps

La KUL espère lancer au printemps prochain les essais cliniques de son propre vaccin contre le coronavirus, a indiqué mardi la cheffe de département Corinne Vandermeulen. Elle se dit par ailleurs enthousiaste quant aux avancées annoncées lundi par Pfizer et BioNTech.

« Davantage de données sont nécessaires pour pouvoir se faire un avis plus précis » sur le vaccin de Pfizer, qui a annoncé 90 % d’efficacité, nuance Mme Vandermeulen. « Il est ainsi important de déterminer l’efficacité pour les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables face au virus. Il faut aussi préciser ce que l’on entend par ’90 % d’efficacité’, ou encore la durée de protection qu’offre le vaccin. »

L’annonce recèle néanmoins beaucoup d’espoir pour les chercheurs du monde entier, reconnait la responsable du centre de vaccinologie de l’université louvaniste.

Les travaux qui sont menés dans son département devraient déboucher sur des essais cliniques au printemps prochain. Soit un peu plus tard que l’échéance qui avait été précédemment fixée à janvier 2021, en raison de contraintes de production, explique Mme Vandermeulen.

La chercheuse n’est par ailleurs pas favorable à une vaccination obligatoire. « La population doit disposer de suffisamment d’information pour être rassurée en termes de sécurité, d’efficacité et de fiabilité du vaccin. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous