Barry Callebaut: ventes annuelles en baisse après le choc du confinement sur le chocolat

Sur l'ensemble de l'exercice 2019/2020 décalé (clos au 31 août), ses volumes de ventes se sont contractés de 2% par rapport à l'année précédente, à 2 milliards de tonnes tandis que son chiffre d'affaires a diminué de 5,7%, à 6,9 milliards de francs suisses (6,3 milliards d'euros), a-t-il indiqué dans un communiqué.

Son bénéfice net s'est inscrit en baisse de 14,8%, à 311,5 millions de francs suisses, notamment en raison des frais liés à une usine en Indonésie, dépassant néanmoins les prévisions des analystes interrogés par l'agence suisse AWP, qui l'attendaient en moyenne à 302 millions de francs.

Durant le premier confinement, ses ventes trimestrielles avaient chuté de 14,3%, en particulier dans sa division dite gourmet et spécialités, qui fournit les professionnels de la pâtisserie, diminuant de près de moitié dans ce pan d'activités.

Après ce choc initial, les volumes de ventes ont graduellement repris, leur érosion se limitant à 4,3% durant le dernier trimestre.

Dans la zone Europe Moyen-Orient et Afrique, le chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année a diminué de 0,9% grâce un redressement au fur et à mesure de la réouverture de l'économie pour ses activités gourmet et spécialités et une reprise rapide de la demande des clients industriels, a détaillé le groupe qui fournit les géants du secteur tels que Unilever, Nestlé ou Mondelez.

La baisse de chiffres d'affaires en monnaies locales s'est limitée à 1,2% pour la zone Amériques, tandis que la région Asie-Pacifique, un de ses grands axes de croissance, a enregistré une progression de 1,2%.

Son directeur général, le Français Antoine de Saint-Affrique, a évoqué de "très bons résultats" au regard "d'une période sans précédent" dans le communiqué détaillant ces résultats. "Bien que les marchés soient encore volatils", a-t-il reconnu, il s'est dit "confiant" sur les objectifs du groupe à moyen terme.

Pour les trois prochains exercices, le chocolatier zurichois vise notamment une croissance du volume de 5% à 7%.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • 1

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Un appartement rénové à Molenbeek

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous