Cooperative

«Une autre finalité que la maximisation du profit»

Selon Sybille Mertens, le coopérateur « attend moins la redistribution d’un dividende que l’obtention d’un produit ou d’un service avec lequel il est en phase, qui correspond à ses valeurs ».
 
Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200227-GF6QLP_high

    Le roi dollar faiblit, mais n’est pas encore détrôné par l’euro

  2. Le Celeval réajuste deux fois par semaine les codes couleurs attribués aux zones et pays européens. Et tant pis pour les timings malheureux, quitte à faire basculer des destinations populaires dans le rouge la veille au soir des grands départs de l’été.

    Coronavirus: comment les experts déterminent le degré de risque d’une destination

  3. Le président du PS a fait part d’une note de travail de 10 à 12 pages découpée en six chapitres.

    Négociations fédérales: six chapitres, douze pages, la note Magnette-De Wever est avancée

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Jusqu’où ira Donald Trump pour rester au pouvoir?

    Le « phénomène Trump » restera à coup sûr dans les annales des États-Unis d’Amérique et même de notre planète Terre. Voilà donc le pays le plus puissant du monde dirigé par un homme à qui peut être accolée une série d’adjectifs déshonorants – comme incompétent et ignorant, incohérent et impulsif, arrogant et vaniteux, irréfléchi et impatient, capricieux et irritable. On est d’ailleurs pris de vertige en observant que nulle exagération ou malveillance n’inspire ce constat que la plupart des politologues valideraient....

    Lire la suite