L'économie britannique a rebondi de 15,5% au troisième trimestre

L'activité s'est relancée au cours de l'été après un effondrement historique du PIB de 19,8% au deuxième trimestre du fait du premier confinement décidé face à la pandémie, selon des chiffres publiés jeudi par le Bureau national des statistiques (ONS).

Malgré cette reprise, le PIB reste inférieur de 9,7% à son niveau de fin 2019, soit avant la crise sanitaire.

Au troisième trimestre, l'économie a profité à la fois d'un fort rebond des dépenses des ménages et de l'investissement des entreprises, qui avaient été gelés une bonne partie du printemps.

En revanche, le mois de septembre montre des signes d'essoufflement de la croissance, qui n'a été que de 1,1% d'un mois sur l'autre.

Durant cette période, des restrictions ont été mises en place dans de nombreuses régions du Royaume-Uni, notamment dans le centre et le nord de l'Angleterre, face au début de la seconde vague de Covid-19.

Ces mesures se sont renforcées au cours du mois d'octobre, avant de déboucher sur la mise en place d'un reconfinement en novembre pour un mois en Angleterre.

Les économistes s'attendent donc à ce que la reprise subisse un coup d'arrêt au quatrième trimestre avec une possible rechute du PIB.

Le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé en Europe par la pandémie et a dépassé mercredi le cap des 50.000 morts, selon le bilan des autorités sanitaires.

Ces chiffres sur la croissance "montrent que notre économie a rebondi pendant l'été mais a commencé à ralentir au début de l'automne", reconnaît le ministre des Finances Rishi Sunak dans un communiqué jeudi. "Les mesures que nous avons prises pour enrayer la propagation du virus font que la croissance a probablement ralenti depuis", ajoute-t-il.

Il estime toutefois qu'"il y a des raisons d'être prudemment optimiste sur le plan de la santé, en particulier avec les nouvelles prometteuses sur les tests et les vaccins".

En raison du reconfinement, le ministre a prolongé jusqu'à mars le dispositif de chômage partiel censé protéger les entreprises et les emplois.

De son côté, la Banque d'Angleterre a tout récemment musclé son programme de rachat d'actifs pour donner un coup de fouet à l'économie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • 1

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Un appartement rénové à Molenbeek

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous