Plus de 33 milliards d'euros envoyés par des résidents en dehors de l'UE en 2019

La majorité des transferts personnels se compose de flux d'argent envoyés par les migrants dans leur pays d'origine, selon Eurostat.

Les transferts personnels extra-UE étaient principalement dirigés vers l'Asie et l'Afrique du Nord (20% chacune du total des flux sortants extra-UE), suivis par les pays européens hors-UE (19%), l'Amérique du Sud (16%) et l'Afrique centrale et australe (12%). Proportionnellement à tous leurs flux sortants (y compris intra-UE), c'est l'Espagne (93% de ses flux sortants), la Pologne (87%), la Belgique (86%), l'Italie et la Lituanie (85%) qui enregistrent le plus de flux sortants en dehors des frontières de l'Union.

Tous flux confondus (intra- et extra-européens), les flux sortants de transferts personnels en 2019 ont été les plus élevés depuis la France (11,9 milliards d'euros), suivie de l'Espagne (8,5), de l'Italie (6,7), de l'Allemagne (5,4) et de la Belgique (1,4).

En revanche, les flux entrants les plus importants ont été enregistrés en Roumanie (3,7 milliards d'euros), devant le Portugal (3,6), la Pologne (3,0), l'Italie (2,0) et la Croatie (1,9).

"En conséquence, les excédents de transferts personnels les plus importants ont été relevés en 2019 en Roumanie (+3,4 milliards d'euros), au Portugal (+3,2), et en Pologne (+2,5), tandis que la France (-11,0) a accusé de loin le déficit le plus marqué, suivie de l'Allemagne (-5,4), de l'Italie (-4,7) et de l'Irlande (-1,3)", conclut Eurostat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous