Vendée Globe: favori, Jérémie Beyou a fait une croix sur ses chances de victoire

Vendée Globe: favori, Jérémie Beyou a fait une croix sur ses chances de victoire
Photo News

Le Français Jérémie Beyou (Charal), grand favori du Vendée Globe, a fait une croix sur ses chances de victoire après avoir dû faire demi-tour en raison d’une succession d’avaries.

« Honnêtement, je me réveille de quatre ans de préparation pour essayer de gagner le Vendée et ça c’est fini », a expliqué le skipper, 44 ans, jeudi lors d’une vacation avec le PC de la course autour du monde en solitaire.

Mercredi, Beyou a décidé de rentrer aux Sables d’Olonne, comme le lui permet le règlement dans la limite de dix jours après le départ, pour réparer un safran endommagé, mais aussi à cause de soucis importants dans le mât.

« C’est toujours pareil… Il y a pire quand on pense aux événements qui nous entourent. Maintenant, quand tu es sportif de haut niveau, tu ne vis qu’au travers de ton objectif. Depuis quatre ans, je vis dans l’objectif d’essayer de gagner le Vendée Globe. Je suis à 100 % là-dedans, je ne vois rien de ce qui existe autour. Quand ça s’arrête comme ça, brutalement, c’est super violent », a souligné le marin, qui avait terminé troisième de la dernière édition (2016/2017).

« C’est pour ça que j’ai mis tant de temps à faire demi-tour, j’aurais probablement dû faire demi-tour tout de suite, parce que d’aller passer le front avec le bateau dans cet état, forcément ça a fait d’autres dommages collatéraux mais je ne pouvais pas y croire. Le réveil est un peu dur », a-t-il poursuivi.

Le navigateur a d’abord eu un problème avec la cadène de renvoi de point d’écoute de voiles d’avant, qui « a fait exploser la cloison de barre d’écoute » puis le bateau a percuté un ofni (objet flottant non identifié), ce qui a endommagé le safran tribord.

Continuant sa course face à un front violent, « le courant de bastaque » (pièce de maintien du mât) a explosé.

Beyou n’a eu d’autre choix que de revenir pour tenter de réparer. Mais pas sûr qu’il reparte.

« Là, je ramène le bateau et je verrai après. Je ne sais pas, je n’en sais rien », a-t-il soufflé. « Mon papa est parti à l’hôpital, il a eu un AVC une semaine avant le départ, j’ai complètement occulté tout ça. Forcément là, ça m’éclate un peu à la figure », a-t-il dit.

Beyou est attendu samedi matin aux Sables d’Olonne. Il aura jusqu’au 18 novembre 14h20 pour repartir.

 
 
À la Une du Soir.be
  • 10897299-134
    Standard

    Au caractère, le Standard reste dans le coup

  • B9725354013Z.1_20201126081432_000+GS9H4I48L.1-0
    Société

    Comité de concertation: les thèmes qui seront abordés

  • Sophie Quoilin
    Société

    Les experts contre tout allégement du confinement

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous